L’ETRANGER SE SOUCIE PLUS QUE LE GOUVERNEMENT DE LA SITUATION SOCIALE

L’ETRANGER SE SOUCIE PLUS QUE LE GOUVERNEMENT DE LA SITUATION SOCIALE

649
0
PARTAGER

Les rapports d’organismes internationaux continuent de pleuvoir pour
s’alarmer de la dégradation des conditions de vie des marocains face à
l’auto-satisfaction d’un gouvernement qui en pense tout le contraire.

Parallèlement aux comptes-rendus faits par les services des ambassades
à Rabat qui vont dans le même sens, ces rapports ne prêtent guère à
l’optimisme.

Parmi les derniers en date, figure celui de l’OIT, l’organisation
internationale du travail, qui affirme que le fossé s’est creusé
dangereusement en matière de revenus entre riches et pauvres dans la
période allant de 1990 à 2010, plaçant le royaume das une situation
non enviable par comparaison aux autres pays de la région qui ont
réduit les disparités criantes entre riches et pauvres. Ce constat est
aggravé par un autre rapport de la Banque Mondial cette fois-ci, non
démenti par le gouvernement, retraçant un tableau peu flatteur de la
crise sociale que traverse le Maroc et aux difficultés pour les
citoyens d’accéder aux services de base en matière de santé ainsi
qu’au système de l’enseignement public. Des insuffisances chroniques
aggravées par un fléau nommé corruption. La banque Mondiale affirme
ainsi que 50% des marocains doivent se soumettre à la corruption pour
bénéficier de soins dans les hôpitaux. Le gouvernement doit méditer
cette réalité.

Commentaires