Lettre ouverte à Monsieur le Consul Général de France à Casablanca

Lettre ouverte à Monsieur le Consul Général de France à Casablanca

1258
0
PARTAGER

Et bien mon appréhension était bien justifiée !

Je me suis levée ce matin de bonne humeur et en forme pour me rendre au rendez-vous fixé pour 8h.  A mon arrivée, on m’apprend que la présence de mon fils, même enfant, était obligatoire. Soit, c’est mon erreur, j’aurais du être plus vigilante à ce niveau. Je retourne en vitesse, chercher mon fils à son école, située au quartier Oasis, avec le calvaire actuel de la circulation à Casablanca, j’ai du mettre un peu plus d’une heure.

A mon retour au consulat, on m’apprend que c’était trop tard et que j’avais perdu mon rendez-vous. Par conséquent, je devais solliciter un autre rendez-vous.  Je m’exécute sans problème. Seulement le rendez-vous le plus proche qu’on peut m’accorder est pour le 24 janvier. Le centre d’appel ne pouvant m’être d’aucun recours, je téléphone alors, que je suis encore à la porte du consulat, au chef de service visa. J’explique mon problème et la contrainte de ce rendez-vous, et que les vacances scolaires sont pour le 16 janvier. Rien à faire, refus total de me recevoir ou de me donner un rendez-vous plus proche.

Il est à noter que le précédent visa qui avait été délivré à mon fils, avait une durée différente du mien, chose que j’avais signalée par courrier du 5 novembre 2011. Ce courrier est  resté sans réponse à ce jour, malgré mes différentes relances. J’essaye d’expliquer ce fait à mon interlocutrice. Sans grand résultat.

J’ose dire, que chaque fois que nous venons pour solliciter un visa, nous subissons des humiliations. Alors, la personne au bout du fil n’a pas apprécié cette remarque, et m’a appris qu’elle allait mettre le haut parleur pour que son supérieur puisse écouter notre conversation.

Monsieur le Consul, je comprends parfaitement que le service des visas soit débordé du fait des demandes, et qu’il délivre chaque année dans les 70.000 visas. Mais les citoyens que nous sommes, avons aussi des contraintes et des agendas à gérer. La rigueur étant souhaitée et souhaitable, des aléas peuvent arriver d’une part ou d’une autre (comme celle de l’erreur sur la date du précédent visa de mon fils).

Aussi, je vous prie de bien vouloir m’éclairer sur ce que dois-je faire pour pouvoir me rendre en France vers le 15 janvier.

D’ici là je vous souhaite une bonne et heureuse année 2012.

Fawzia TALOUT MEKNASSI ___________________

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires