PARTAGER
C’est certainement le pire qui vient d’arriver à l’Europe depuis l’arrivée d’Hitler, avec le départ redouté du Royaume-Uni de l’Union Européenne après plus de quarante ans d’une construction et d’une cohabitation difficiles qui ont fini par être dépassées. Résultat final et après avoir été le membre le pus gâté de cet ensemble, Londres volera d ses propres ailes.
Tous les dirigeants européens et sans exception, se sont réveillés avec une gueule de bois appelée à durer longtemps encore puisqu’ils savent que la facture à payer sera salée pour deux raisons essentielles et incontournables : la première est financière si l’on sait que l’onde de choc emporte déjà les grande places financières et fait courir des risques de récession, alors que la seconde et la menace de voir d’autres pays de l’UE proposer des référendums identiques sur e maintien ou la sortie de l’ensemble d’autant plus qu’une vague séparatiste s’annonce à commencer par le Royaume-Uni qui voit l’Écosse, forte de ses ressources pétrolières;  agiter l’épouvantail de l’indépendance. Un vrai cataclysme politique.
Sur le plan des opinions publiques, l’impact négatif ne sera pas minime puisque ce retrait favorise les thèses des partis populistes européens qui , comme un seul homme, feront de ce retrait un argument de taille dans leurs programmes politiques qui ont toujours appelé à la fin de l’UE et à l’indépendance totale et à la souveraineté sacrée de ses membres.
Par Jalil Nouri

Commentaires