PARTAGER

A peine sorti de prison suite à l’issue d’un procès dans lequel il était pour suivi pour chèques sans provision d’un montant de 285 millions de centimes, Abdelatif Faouzi, l’ancien numéro 2 de la banque centrale licencié depuis à cause de cette affaire, n’est pas encore sorti de ses peines puisque il risque de retourner en prison pour des raisons similaires. Rappelons tout d’abord que pour le premier procès, le tribunal a décidé son acquittement après qu’il ait honoré les chèques délivrées en vendant sa villa. En quittant sa cellule de la prison de Salé, il était loin e savoir qu’il allait y revenir.

C’est en effet ce qui l’attend à la suite d’une plainte émise contre lui à la fin du mois de septembre dernier pour d’autres chèques sans provision d’un montant d’environ 150 millions de centimes remis à une dame qui lasse d’attendre de récupérer son argent et voyant la situation intenable dans laquelle se dépêtrait l’ancien directeur générale de Bank Al Maghrib, a décidé de saisir la justice, quitte à renvoyer ce dernier derrière les barreaux. Une vraie malédiction pour ce dernier dont les ennuis sérieux ont commencé quand il a monté un projet d’entreprise avec son épouse,un projet voué à la faillite.

Depuis, outre le fait que son nom ait fait la une des journaux et passé un séjour en prison, l’homme aux compétences professionnelles reconnues de tous, a tout perdu, à savoir son poste ,sa villa et ses économies et l’on ne voit pas comment il se sortira de ce deuxième procès qui l’attend ni comment il trouvera l’argent pour honorer les 3 chèques, objet de la plainte..

Commentaires