L’ex-président Ravalomanana annonce son retour à Madagascar

L’ex-président Ravalomanana annonce son retour à Madagascar

165
0
PARTAGER

Ce n’est pas la première fois que l’ancien président malgache annonce son retour au pays. Il y a un an, il avait émis le même souhait. Il espère néanmoins que cette fois-ci, il pourra monter dans l’avion dès demain, samedi 21 janvier – l’heure du décollage est prévue pour 10h00, heure locale.

Devant la presse, Marc Ravalomanana a tenu à souligner qu’il rentrait pour « faire la paix, pas la guerre » et a ajouté qu’il rentrait en tant que « citoyen » comme quelqu’un qui croit en la démocratie et au règne de la loi.

L’ancien président malgache a été chassé du pouvoir il y a trois ans, en mars 2009, par un mouvement mené par le maire de la capitale Antananarivo, Andry Rajoelina. Celui-ci est devenu ensuite président de la Haute Autorité de transition avec le soutien de l’armée. Depuis, Madagascar est en pleine crise politique et économique.

De son côté, et depuis qu’il a quitté le pouvoir, l’ancien chef de l’Etat a entretemps été condamné à trois reprises par contumace, notamment à une peine de travaux forcés à perpétuité pour la mort d’une trentaine de manifestants devant le palais présidentiel, en février 2009.

L’annonce de Marc Ravalomanana concernant son retour immédiat au pays, a provoqué la réaction des forces de l’ordre qui ont déclaré qu’il sera arrêté à son arrivée. « Il va y avoir une exécution du mandat d’arrêt. C’est une décision de justice, on ne peut pas se permettre de ne pas l’exécuter », a précisé le général Richard Ravalomanana, en charge de la sécurité pour la province d’Antananarivo.

Joint par RFI, Marc Ravalamanana a notamment confirmé qu’il n’a « pas peur de rentrer à Madagascar » et que toute tentative pour l’arrêter serait « illégale ». Il rappelle, à ce propos, qu’il avait demandé une enquête indépendante.

Il précise également, qu’une fois rentré, il compte bien prendre part à la prochaine élection présidentielle lorsqu’elle aura lieu. Et pour cela, il se base sur la feuille de route signée sous l’égide de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), en septembre 2011. Le document évoque le retour des exilés politiques et l’autorise à rentrer « sans conditions » pour prendre part à des élections libres, sous supervision internationale. Cependant, cette feuille de route qui évoque le retour « sans conditions » du président déchu, contient également une « note explicative » précisant que cela ne l’exonère pas de « poursuites judiciaires ».

rfi.fr__________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires