PARTAGER

Alors que le joueur de tennis suisse Roger Federer continue, à plus de 33 ans, à batailler avec succès comme un jeunot sur les courts des grands tournois du Grand Chelem, pour montrer qu’il reste parmi les 10 premiers mondiaux, un joueur marocain que l’on avait fini par oublier, est venu rappeler qu’il était de la même graine de champion et montré avec éclat qu’il ne fallait pas l’enterrer aussi rapidement. Depuis son inoubliable victoire contre le numéro 1 de l’époque, l’australien LLeyton Hewit devant son public aux internationaux d’Australie, au cours d’un match de plus de trois heure et demi qui l’a fait renter dans la légende du gotha mondial, Younes el Aynaoui avait fini par se faire oublier avant de disparaître des écrans.
Entré dans l’histoire et blessé, il avait tiré une croix sur le sport professionnel pour se contenter de quelques matchs-exhibition, grassement payés du reste. C’était sans compter sur un désir profond de prendre un jour sa revanche sur la vie.
C’est ce qu’il vient de faire au cours du tournoi de Bahrein en se qualifiant pour des tours avancés en affichant ses 46 ans, à l’age ou d’autres se plaisent à raconter leurs exploits passés à leurs enfants. Un retour gagnant inattendu qui a remis sa photo dans les journaux sportifs du monde entier. Parti du monde du tennis sur la pointe des pieds, il est revenu frapper fort, à la surprise de tous, par la très grande porte. Sacré Younes El Aynaoui !

Commentaires