PARTAGER

Le sélectionneur national de foot-balle Baddou Zaki ne doit plus se cacher la face : il reste très loin des objectifs fixés à son arrivée et sa stratégie de tient pas la route. Alors que les échéances et l’heure de vérité approche à grands pas avec les éliminatoires e la coupe d’Afrique et celles du Mondial de 2018, Zaki ne tient toujours pas une équipe capable de relever les défis et affronter les grosses pointures du continent. La défaite en match amical face à une Côte d’Ivoire privée de ses stars par un but à zéro doit beaucoup donner à réfléchir sur le rendement d’un onze national qui a raté de nombreuses occasions par le biais du toujours imprécis Youssef El Arabi alors que le tout nouveau attaquant arraché à la Hollande Hakim Zyach n’a pas pu, à maintes reprises, fêté sa sélection en équipe nationale par des réalisations concrètes. Comme il l’avait fait en ramenant Hicham Mastour d’ailleurs, Badou Zaki s’évertue à faire croire, pour cacher les contre-performances de son équipe qu’il tient une grande équipe en alignant des jeunes, brillant certes, mas qui ont du mal à s’intégrer dans une équipe montée de toutes pièces disparates et pratiquer un jeu qui leur est étranger.

Le sélectionneur national a montré les limites de ses choix et un avant-goût des moments très difficiles qui attendent le onze national lors de la défaite face à une modeste équipe africaine de Sao Tomé, alors qu’en sera-t-il quand il affrontera des formations autrement plus coriaces. La réponse devrait être sans appel face à la Guinée Equatoriale dans un prochain match qui pourrait être le dernier pour Zaki.

Commentaires