Libye: d’anciens rebelles lancent un ultimatum au Parlement

Libye: d’anciens rebelles lancent un ultimatum au Parlement

328
0
PARTAGER

Le Congrès a aussitôt dénoncé cette initiative comme une menace de « coup d’Etat ». Aucun mouvement de troupe n’a cependant été observé dans l’immédiat dans la capitale.
« Nous donnons au Congrès, dont le mandat a expiré, cinq heures pour remettre le pouvoir », soit jusqu’à 21H30 (19H30 GMT), ont déclaré des chefs ex-rebelles, en particulier des puissantes brigades d’Al-Qaaqaa et Al-Sawaek, menaçant d’arrêter tout député récalcitrant.

Devant les députés, le président du CGN, Nouri Abusahmein, a vigoureusement dénoncé l’ultimatum en estimant qu’il s’agissait d’un « coup d’Etat contre les institutions légitimes du pays ».
« Nous avons reçu les assurances de l’armée et des thowars (ex-rebelles) qui ont promis de défendre le Congrès », a-t-il ajouté.
Dans un bref communiqué, le gouvernement d’Ali Zeidan a affirmé qu’une réunion de crise était en cours « pour calmer la situation et éviter l’escalade ».

La mission de l’ONU en Libye (Unsmil) a appelé toutes les partis à éviter tout « recours à la force pour régler leurs différends politiques », tandis que l’ambassadrice américaine Deborah Jones a rappelé sur son compte Twitter que « l’utilisation de la force n'(était) pas un moyen légitime pour changer des institutions démocratiquement élues ».

Après la chute des institutions liées au régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les nouvelles autorités ont chargé les ex-rebelles d’assurer la sécurité du pays, mais elles ont vite perdu le contrôle sur ces milices lourdement armées.

Et depuis fin janvier, le CGN fait face à un mouvement de contestation en raison de sa décision controversée de prolonger son mandat, qui devait initialement s’achever le 7 février.

Sous la pression de la rue, le Congrès a finalement annoncé dimanche un accord entre ses blocs politiques pour des élections anticipées, en vue de désigner de nouvelles autorités de transition en attendant la Constitution.

Jeudi, les Libyens doivent se rendre aux urnes pour choisir une soixantaine de personnalités chargées de rédiger cette Loi fondamentale.

- Election jeudi de la Constituante -

La future Constitution, qui devra être approuvée par référendum, doit trancher sur des questions importantes comme la structure du pouvoir, le statut des minorités et la place de la charia (loi islamique).
Les membres de l’Assemblée doivent représenter les trois régions historiques de la Libye –la Cyrénaïque (est), le Fezzan (sud) et la Tripolitaine (ouest)–, sur le modèle du comité des Soixante qui avait rédigé la première Constitution en 1951, abolie en 1977 par Mouammar Kadhafi.
Sur les 60 sièges de la future Constituante, six sont réservés aux minorités (Toubou, Amazigh et Touareg), et six autres aux femmes. Mais les Amazighs boycottent le scrutin pour protester contre l’absence de mécanismes garantissant leurs droits culturels, et l’Assemblée ne comptera que 58 membres.
Au total, 692 candidats sont inscrits pour ces élections, dont 73 femmes, selon les dernières statistiques de la Haute commission électorale (Hnec).
La campagne électorale a été timide, essentiellement limitée aux réseaux sociaux, dans le désintérêt le plus total de la population.
En effet, contrairement aux premières élections libres du pays tenues en juillet 2012, les Libyens sont beaucoup moins enthousiastes: ils sont 1,1 million à s’être inscrits pour voter jeudi contre plus de 2,7 millions en 2012 sur 3,4 millions d’électeurs éligibles.
« Les Libyens sont déçus par ceux qu’ils ont élus en 2012. La plupart ne sont pas tentés de renouveler l’expérience », déplore Fouad al-Kib, un fonctionnaire de 46 ans qui ne souhaite pas voter.
Le président de la Hnec, Nouri al-Abbar, a appelé « le gouvernement à assurer un climat adéquat pour le bon déroulement de ces élections », alors que la sécurité du scrutin suscite en effet des inquiétudes.
D’ailleurs, pour des raisons de sécurité, le Centre Carter a décidé de n’envoyer qu’une mission réduite de six membres.
Le ministère de l’Intérieur a indiqué que 25 membres des services de sécurité seraient affectés à chacun des 1.500 bureaux de vote qui ouvriront jeudi de 08H00 (6H00 GMT) à 19H00 (17H00 GMT).

AFP

 

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

Actu-maroc.com ________________

Presse Actualité Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière faits divers politique économie

Commentaires