Libye: des combattants se préparent à attaquer Bani Walid, bastion pro-Kadhafi

Libye: des combattants se préparent à attaquer Bani Walid, bastion pro-Kadhafi

187
0
PARTAGER

Au poste de contrôle de Chichan, au milieu d’un désert rocailleux à environ 70 km au nord de Bani Walid, fief d’une puissante tribu fidèle à l’ancien « Guide » en fuite, les combattants ne cachaient pas leur impatience.

 

Alors que le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, répétait que les partisans de Mouammar Kadhafi dans tout le pays avaient jusqu’au 10 septembre pour déposer les armes, un responsable local a déclaré samedi que l’ultimatum pour Bani Walid expirerait dimanche matin vers 10H00 (08H00 GMT).

Et dans la soirée, le porte-parole du CNT à Chichan, Mahmoud Abdelaziz, a annoncé une offensive nocturne sur Bani Walid.
« Hier (samedi) soir, les forces de Kadhafi ont essayé de sortir. Nos combattants ont répondu, il y a eu de petits combats qui ont duré quelques minutes », a-t-il expliqué dimanche matin, assurant que la ligne de front était désormais à 15-20 km au nord de Bani Walid.
« Les négociations entre les hommes de Kadhafi et nos forces se sont arrêtées. Ces gens-là ne sont pas sérieux », a déclaré dimanche matin Mohamed al-Fassi, commandant du poste de contrôle de Chichan. « Ils nous ont fait deux promesses de reddition qu’ils n’ont pas respectées. Ils ont objectivement profité de la situation pour se protéger ».
« Nous pensons que Bani Walid sera libérée aujourd’hui ou demain », a déclaré pour sa part le « ministre » de l’Intérieur du CNT, Ahmed Dharrat, à Tripoli, sans donner plus de détails ni expliquer pourquoi les combattants n’entendaient pas respecter la consigne de M. Abdeljalil.

Selon les combattants locaux, plusieurs proches de Mouammar Kadhafi, dont son fils Saadi, se trouvent actuellement à Bani Walid, mais pas l’ancien « Guide » lui-même, contrairement à ce qu’avaient avancé des responsables du CNT ces derniers jours.

Des civils ayant fui Bani Walid samedi ont raconté que beaucoup de combattants pro-Kadhafi avaient quitté la ville, emportant les armes lourdes dans les montagnes environnantes, et que les habitants se terraient, angoissés, dans une ville fantôme aux magasins fermés, sans essence ni gaz.

A Misrata, à environ 150 km au nord-ouest de Bani Walid, les combattants en revanche ont expliqué qu’ils n’entendaient pas participer à l’offensive programmée pour éviter de créer de tensions tribales, un vieux contentieux existant déjà entre les deux villes.

Le front était calme aussi en direction de Syrte, grande ville côtière encore fidèle à Mouammar Kadhafi, qui est né dans la région. La ville était cernée par des combattants pro-CNT à l’est comme à l’ouest, mais aucun mouvement n’était signalé depuis plusieurs jours, même si l’Otan a annoncé dimanche avoir continué samedi ses frappes.

Dans le même temps, le CNT cherchait à asseoir son pouvoir à Tripoli, en commençant par relancer l’activité dans la capitale, marquée par 10 jours de combats et de festivités.

Des policiers ont recommencé samedi à patrouiller dans la capitale, où la circulation a repris, avec de nombreux embouteillages. Des banques et certains commerces ont rouvert, et les queues s’allongeaient devant les boulangeries.
Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a appelé dimanche la communauté internationale et le nouveau régime libyen à s’abstenir de pourchasser tous les partisans de l’ancien régime, au risque de détruire la structure de l’appareil d’Etat, une « grosse erreur » déjà commise en Irak.
Un conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, Ian Martin, est arrivé samedi dans la capitale libyenne pour s’enquérir des besoins des nouvelles autorités pour garantir la sécurité et la stabilité.

L’ONU accueillera d’ailleurs le 20 septembre à New York la prochaine conférence des « amis de la Libye », a annoncé samedi le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.

Sur le plan politique, le représentant du CNT au Royaume-Uni, Guma al-Gamaty, a évoqué vendredi un calendrier prévoyant l’élection d’une assemblée constituante dans 8 mois puis des élections générales un an plus tard.

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires