PARTAGER

Des hommes armés ont tenté jeudi de prendre le contrôle de trois ministères à Tripoli, sans succès, selon un porte-parole du gouvernement libyen d’union nationale (GNA), seul reconnu par la communauté internationale.

Des forces loyales à un homme politique libyen, Khalifa Ghweil, qui refuse de reconnaître l’autorité du GNA ont essayé « sans succès » de s’emparer des ministères du Travail et des Martyrs et disparus, a déclaré à l’AFP le porte-parole du GNA Ashraf Al-Thulthi faisant état d' »escarmouches » entre les assaillants et les forces pro-GNA.

Selon lui, ces « forces hors la loi » sont également entrées dans un local vide du ministère de la Défense « avant de le quitter peu après ».

Khalifa Ghweil, ancien dirigeant d’une autorité basée à Tripoli, a autoproclamé un « gouvernement de salut national », non reconnu.

Sur sa page Facebook, ce « gouvernement de salut national » a affirmé jeudi avoir pris le contrôle des ministères de la Défense, du Travail et des Martyrs et des disparus.

Mais à Tripoli, aucun mouvement suspect de troupes n’a été constaté, selon des témoins.

Même s’il avait perdu depuis mars toutes les institutions qu’il contrôlait à Tripoli au profit du GNA, Khalifa Ghweil continue de publier régulièrement des communiqués portant le sceau de son autoproclamé « gouvernement de salut national ». Sa position est toutefois très affaiblie puisqu’il a perdu le soutien des principales milices armées contrôlant la ville.

Mi-octobre, M. Ghweil avait lu un communiqué à la télévision, affirmant s’être emparé des locaux du Conseil d’Etat dans la capitale.

Formé le 30 mars, le gouvernement d’union était censé restaurer l’autorité centrale et rétablir la stabilité dans une Libye en proie au chaos. Mais il fait face depuis à une autorité rivale basée dans l’est du pays qui refuse de reconnaître son autorité.

Commentaires