Libye: heurts sanglants, au moins 9 morts et des dizaines de blessés

Libye: heurts sanglants, au moins 9 morts et des dizaines de blessés

196
0
PARTAGER

« Sept manifestants ont été tués dans les manifestations de jeudi à Benghazi », a déclaré une source médicale locale sous couvert de l’anonymat, bilan confirmé par le journal Quryna, proche de Seif al-Islam, fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, qui a cité une « source sécuritaire responsable ».
Un précédent bilan de l’opposition faisait état de six morts à Benghazi, deuxième ville du pays, située à 1.000 km à l’est de Tripoli.

 

Auparavant, Quryna avait fait état de deux manifestants tués à Al-Baïda, à 200 km à l’est de Benghazi, au cours de ce jeudi que des appels sur Facebook avaient demandé de transformer en « journée de la colère. Plusieurs véhicules de la police et voitures particulières ont été incendiées par la foule dans cette ville.

Les « affrontements violents » entre forces de l’ordre et manifestants à Benghazi, bastion de l’opposition, ont fait également 35 blessés, selon les sites Al Youm et Al-Manara.
« Nous entendons des coups de feu dans plusieurs parties de la ville, avait indiqué à l’AFP Ramadhan Briki, rédacteur en chef de Quryna, basé à Benghazi, où le mouvement de contestation a débuté mardi.

Des manifestations violentes ont également eu lieu à Zenten (145 km au sud-ouest de Tripoli) où plusieurs personnes ont été arrêtées et des postes de police et un bâtiment public incendiés, a indiqué Quryna sur son site internet sans faire état de victime.

Selon Quryna, qui cite des « sources de sécurité bien informées », le ministère de l’Intérieur a limogé un haut responsable local des services de sécurité, à la suite de la mort des deux manifestants à Al-Baïda.
Libya Watch, une ONG des droits de l’Homme basée à Londres, a fait état d' »au moins quatre morts et plusieurs blessés » à Al-Baïda lorsque « les forces de la Sécurité intérieure et des milices des comités révolutionnaires ont dispersé, en usant des balles réelles, une manifestation pacifique de jeunes ». Le site d’opposition Libya Al-Youm a aussi parlé d’au moins quatre morts par balles.

Des vidéos circulant sur internet montraient des dizaines de jeunes rassemblés à Al-Baïda scandant « Le peuple veut faire tomber le régime », tandis que des voitures prenaient feu. L’appel à cette « Journée de la colère » ne semblait en revanche pas suivi à Tripoli, où des centaines de manifestants pro-régime se sont rassemblés sur la Place verte au coeur de la capitale, tandis que d’autres défilaient en voiture au son des klaxons dans les rues. « Kadhafi, le père de tout le peuple », « la foule soutient la révolution et le leader », pouvait-on lire sur leurs pancartes.

La sécurité était légèrement renforcée sur les artères principales de Tripoli, et la circulation plus fluide que d’habitude.

Des centaines de manifestants pro-régime ont défilé aussi à Benghazi, Syrte (est) et Sebha (sud), selon des images de la télévision d’Etat diffusées en boucle.

Amnesty International, Londres et l’Union européenne ont appelé à éviter le recours à la force, tandis que les Etats-Unis ont demandé à Tripoli de « prendre des mesures spécifiques qui répondent aux aspirations du peuple ».

Mercredi soir, des SMS ont été envoyés par « les jeunes de la Libye » sur le réseau de téléphonie mobile, mettant en garde celui qui « oserait toucher aux quatre lignes rouges »: Mouammar Kadhafi, l’intégrité territoriale, l’islam et la sécurité du pays. Les comités révolutionnaires, piliers du régime, ont prévenu de leur côté qu’ils ne permettraient pas que « les acquis du peuple soient pillés et la sécurité du citoyen et la stabilité du pays soient menacées ».

AFP_______________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

Commentaires