Libye: importante victoire des rebelles à Misrata, Kadhafi montré à la télévision

Libye: importante victoire des rebelles à Misrata, Kadhafi montré à la télévision

185
0
PARTAGER

La télévision d’Etat libyenne a diffusé mercredi soir des images du colonel Mouammar Kadhafi dans une réunion, les premières depuis une frappe aérienne de l’Otan qualifiée par le régime libyen de tentative de l’assassiner.

 

Pendant plusieurs heures, les troupes du régime contesté de Mouammar Kadhafi ont tiré une quarantaine de roquettes Grad et des dizaines d’obus sur Misrata. Mais les rebelles ont réussi à prendre le contrôle total de l’aéroport au sud de la ville, et les tirs ont cessé, selon un correspondant de l’AFP.

Les pro-Kadhafi ayant déjà reculé sur d’autres fronts ces derniers jours autour de Misrata, la plus grande partie de cette ville côtière située à 200 km à l’est de Tripoli et assiégée depuis plus de deux mois, semblait désormais hors de portée des tirs d’obus et de roquettes.

Selon Salah Badi, responsable de l’offensive rebelle qui durait depuis une dizaine de jours dans la zone, les officiers de l’armée régulière ont laissé les soldats se défendre seuls. Des petits groupes ont lutté, mais la plupart ont tenté de fuir en civil.

Désormais, les forces gouvernementales se rassemblent à Zliten, à une cinquantaine de km à l’ouest de Misrata sur la route côtière, a précisé M. Badi, assurant que les rebelles allaient concentrer leurs forces sur cette route avec l’ambition de marcher sur la capitale Tripoli, bastion du régime.

Aucun bilan des violences n’était disponible dans l’immédiat, mais le correspondant de l’AFP a vu les corps de trois combattants pro-Kadhafi gisant près de l’aéroport. Les destructions y étaient très importantes à l’aéroport, où les rebelles ont aussi mis le feu à des chars abandonnés par les loyalistes.

Neuf soldats qui se cachaient dans une maison ont été faits prisonniers par les rebelles, qui les ont protégés de la foule. Un prisonnier menotté a cependant été exhibé dans les rues de Misrata, où l’heure était à la fête.
Dans les montagnes berbères au sud-ouest de Tripoli, au moins deux rebelles ont été tués et 15 blessés dans des combats avec les forces loyalistes dans un village près de Zenten, selon un correspondant de l’AFP.
A Tripoli, une dizaine de missiles ont touché dans la journée la capitale après un survol intense du secteur par des avions, selon un témoin. Ils ont visé notamment la région de Tajoura, mais on ignorait dans l’immédiat les cibles exactes.
La capitale est bombardée presque chaque jour par des avions de l’Otan, que le régime libyen accuse de tenter de tuer M. Kadhafi qui refuse de quitter le pouvoir après plus de quatre décennies à la tête du pays secoué par une révolte sans précédent depuis le 15 février.
Pour le ministre italien de la Défense Ignazio La Russa un bombardement sur un objectif militaire où M. Kadhafi se trouverait serait justifié. Mais l’Otan a assuré ne pas viser des personnes mais des cibles « militaires ».
Au Qatar, des représentants de 25 villes libyennes sous contrôle des forces gouvernementales ont affirmé lors d’une réunion que Tripoli n’était pas épargnée par la contestation.
« Chaque jour, de violents affrontements s’y produisent », a assuré Mahmoud al-Warfalli, un porte-parole du Conseil national de transition (CNT), instance représentative de la rébellion. Et un représentant de Tripoli a affirmé que les habitants étaient « prêts à payer le prix fort pour se débarrasser du régime ».
L’Union européenne a annoncé l’ouverture prochaine d’un bureau à Benghazi (est) pour aider les rebelles. Et le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, s’y trouvait pour rencontrer les responsables rebelles.
Dans le même temps, Mahmoud Jibril, un haut responsable du CNT, effectue une visite à Washington.
A Genève, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a déclaré avoir parlé au téléphone avec le Premier ministre libyen Al-Baghdadi Ali Al-Mahmoudi pour l’encourager à « poursuivre le dialogue politique » et appeler les autorités à cesser de viser les civils et à mettre fin aux combats « à Misrata et ailleurs ».
M. Mahmoudi « a accepté de recevoir mon envoyé à qui j’ai demandé de se rendre à Tripoli le plus rapidement possible », a-t-il précisé.
Depuis le début de la révolte, les violences ont fait des milliers de morts selon le procureur de la Cour pénale internationale, et poussé près de 750.000 personnes à fuir selon l’ONU.

AFP________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires