Libye: Washington et Londres veulent accroître la pression militaire

Libye: Washington et Londres veulent accroître la pression militaire

175
0
PARTAGER

L’intensification des frappes de l’Otan ces derniers jours a en revanche provoqué le courroux de la Russie qui a dénoncé des « écarts grossiers » par rapport au mandat du Conseil de sécurité de l’ONU ayant ouvert la voie aux bombardements destinés à protéger les civils de la répression de M. Kadhafi.

 

De son côté, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a réitéré son appel aux autorités libyennes pour un « vrai cessez-le-feu » et des « négociations sérieuses » sur une transition politique, affirmant avoir discuté « longuement » la veille avec le Premier ministre libyen Al-Baghdadi Ali Al-Mahmoudi.

A Londres, où il bouclait une visite d’Etat, M. Obama a expliqué aux côtés du Premier ministre David Cameron que triompher de M. Kadhafi serait « un processus lent », car « dès lors que vous excluez le recours aux forces au sol, vous êtes confrontés à des limites inhérentes aux opérations aériennes ».

Plus de deux mois après le début de l’intervention militaire internationale le 19 mars et le refus persistant du dirigeant libyen de quitter le pouvoir, M. Obama a ajouté que « l’opposition libyenne qui est sur le terrain devra prendre ses responsabilités ».
« Nous continuerons les frappes jusqu’à ce que les attaques de Kadhafi contre les population civiles cessent », a-t-il souligné.
« Il est impossible d’imaginer un futur pour la Libye avec Kadhafi au pouvoir, il doit partir », a renchéri M. Cameron. « Le président Obama et moi-même pensons qu’il faut accroître la pression en Libye ».

Ces propos interviennent alors que Tripoli est la cible de raids intensifs de l’Otan depuis le début de la semaine. Mardi soir encore, huit puissantes explosions ont secoué le secteur de Bab Al-Aziziya, résidence du dirigeant libyen.

« Il s’agit d’un nouvel écart grossier par rapport aux résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU », a jugé le ministère russe des Affaires étrangères, en relevant en particulier que des « bâtiments n’ayant pas un caractère militaire » avaient été touchés.

Ces différends laissent présager d’intenses échanges au sommet du G8 qui s’ouvre jeudi à Deauville.

Londres et Washington vont y promouvoir un « programme de soutien » politique et économique au « printemps arabe », selon M. Cameron.

Au sein de l’Otan, des voix se font entendre pour expliquer que l’objectif final de la coalition est le départ de M. Kadhafi. L’objectif est que « fin juin, début juillet Kadhafi soit tombé », selon un haut responsable de l’Otan.

Sur le plan diplomatique, le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma doit se rendre lundi à Tripoli pour discuter avec M. Kadhafi d’une « stratégie de sortie » qui lui permettrait de quitter le pouvoir.

L’Union africaine, qui a ouvert à Addis Abeba un mini-sommet extraordinaire. défend de son côté une « feuille de route », prévoyant un cessez-le-feu et une période de transition devant déboucher sur des élections, qu’a déjà acceptée le régime libyen. Le CNT l’a rejetée exigeant au préalable un départ de Kadhafi.
« Seule une solution politique peut apporter une paix durable et satisfaire les aspirations légitimes du peuple libyen », a répété le président de la commission de l’UA, Jean Ping.

Le Caire a, de son côté, annoncé l’envoi bientôt d’un émissaire à Benghazi, siège de la rébellion, afin de tenter de trouver un règlement au conflit, après un précédent passage à Tripoli.

Sur le terrain, Amnesty International a annoncé avoir découvert à Misrata, ville côtière de l’Ouest, plus d’une vingtaine de mines anti-personnels autour de positions abandonnées par les pro-Kadhafi.

Le fait que « ces mines aient été installées dans des quartiers résidentiels indique que les forces de Kadhafi cherchent délibérément à s’en prendre aux civils », a estimé l’ONG.

A l’Ouest, dans les montagnes du djebel Nefoussa, la rébellion a parlé d’une situation « très inquiétante » à Yefren, deuxième ville de la région.

Depuis le 3 avril, Yefren est assiégée par les pro-Kadhafi et est soumise à des bombardements quotidiens, selon une source rebelle. Plus de 7.000 habitants y sont bloqués, la plupart vivant dans des « grottes » alors que la nourriture et les médicaments manquent de façon drastique.

En outre, le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a démenti la mort d’un des fils de M. Kadhafi, Seif al-Arab, dont la mort avec trois des petits-enfants du dirigeant libyen dans un raid de l’Otan sur Tripoli le 30 avril avait été annoncée par le gouvernement libyen.

AFP________________________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires