Liège: hommage aux victimes de la fusillade, le corps d’une femme découvert...

Liège: hommage aux victimes de la fusillade, le corps d’une femme découvert chez le tireur

172
0
PARTAGER

Le bilan global s’est alourdi à six morts dans la nuit avec la découverte du corps d’une femme de 45 ans au domicile du tireur, Nordine Amrani.

Outre cette femme, deux adolescents âgés de 15 et 17 ans et une femme âgée de 75 ans sont décédés avant ou pendant la fusillade qui a provoqué un choc énorme en Belgique.

Les autorités ont également recensé 125 blessés, dont cinq « dans un état très grave », a annoncé mercredi la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet.

La journée de mercredi devait être consacrée au deuil à Liège, où les transports en commun circulaient de nouveau sur la place Saint-Lambert, lieu de la fusillade et coeur de cette ville de 200.000 habitants.
Les autorités judiciaires et politiques belges vont également chercher à comprendre « l’acte fou » d’Amrani, un homme de 33 ans, déjà condamné à de multiples reprises pour possession d’armes et pour des affaires de recel, de stupéfiants et de moeurs.
« C’était un délinquant qui a, toute sa vie, connu des difficultés: le tribunal pour la jeunesse, le tribunal correctionnel, les cours d’appel… Comment est-ce que cette personne a pu se venger sur la population locale innocente? Nous allons essayer de le comprendre », a déclaré mercredi le procureur général de Liège, Cédric Visart de Bocarmé, sur la radio publique RTBF.

Il a précisé que le tireur s’était visiblement « soigneusement préparé ». Il avait été libéré sur parole en octobre 2010 après avoir accompli la moitié d’une peine de prison pour la détention d’un arsenal – une dizaine d’armes complètes et 9.500 pièces – ainsi que pour la culture de 2.800 plants de cannabis dans le cadre d’une association de malfaiteurs.

Avant de se rendre sur la place Saint-Lambert, Amrani a tué une femme de 45 ans, qui serait la femme de ménage de sa voisine qu’il avait attirée chez lui afin de lui proposer un travail, selon des médias.
Son corps a été découvert au cours de la perquisition, dans « un hangar, utilisé (par Amrani) notamment pour ses plantations de cannabis », selon M. Visart de Bocarmé.
Le tireur, revêtu d’un treillis, s’est ensuite rendu au centre-ville avec, dans son sac, un fusil automatique léger, un revolver et des grenades.
« Je sortais du palais de justice. J’ai vu un homme faire un grand mouvement avec les bras en lançant quelque chose vers les abribus. J’ai entendu une explosion », a raconté à l’AFP Nicolas Gilenne, un journaliste ayant assisté à la scène.
L’homme s’est « retourné, a pris un autre objet, l’a dégoupillé. J’ai alors commencé à courir. Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible. J’ai entendu quatre explosions et des tirs pendant environ dix secondes », a-t-il ajouté.
Un témoin a affirmé avoir ensuite vu Amrani porter un revolver à sa tête après la fusillade mais, selon le procureur de la ville, les circonstances de sa mort demeurent « incertaines ».
Le roi des Belges, Albert II, et son épouse Paola se sont rendus sur les lieux, de même que le nouveau Premier ministre, Elio Di Rupo. « Il n’y a pas de mots pour exprimer cette tragédie », a déclaré ce dernier. « Le choc de la population est compréhensible, mais j’insiste: c’est un acte isolé ».
Un conseil des ministres restreint se tiendra mercredi matin à Bruxelles pour examiner la situation, a indiqué la ministre de l’Intérieur, préoccupée en particulier par le problème posé par le commerce des armes.
« Il y a énormément d’armes, notamment de guerre, qui circulent. Elles viennent de différentes origines, notamment de l’est… C’est un phénomène en augmentation (…) C’est pour nous une priorité renforcée », a déclaré Mme Milquet à la RTBF.

 

AFP________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires