L’insécurité en milieu Urbain. Casablanca et Fès, villes de tous les dangers

L’insécurité en milieu Urbain. Casablanca et Fès, villes de tous les dangers

757
0
PARTAGER

Au total, 72 citoyens ont perdu la vie à Casablanca, au cours de l’année 2013, suite à des meurtres par préméditation et 37 autres dans la ville de Fès, cependant que Tanger et Marrakech comptent respectivement 22 et 8 personnes mortes par homicide. C’est ce qu’a dénombré le département dirigé par Mohamed Hassad qui rassure à propos de la moyenne nationale. « La criminalité n’inspire aucune inquiétude », a-t-il annoncé à Rabat, réagissant à une question orale posée à la Chambre des représentants sur la recrudescence de l’insécurité dont souffrent les marocains. Les agressions dont font objet, les citoyens étaient en baisse de 2% en 2013 sur l’ensemble du territoire marocain. Concernant les vols avec violence, on enregistre une baisse de 1,3% alors que les vols ont reculé de 2%. Le ministre de l’intérieur précise que la criminalité a connu une baisse de 15% à Casablanca. Suivant cette tendance, Marrakech, Fès et Tanger ont enregistré une baisse respective de 14, 13 et 16%. Cependant que dans la ville de Rabat, le pourcentage des agressions est en hausse de 18%. Au total, « 600 personnes ont été assassinées en 2013. Par ailleurs, M. Hassad précise, que, l’introduction au Maroc, à travers la frontière avec l’Algérie, de médicaments psychotropes, de manière frauduleuse, est à l’origine de la croissance de la criminalité dans le royaume. D’ailleurs, 450 000 comprimés psychotropes ont été saisis au cours de l’année 2013.

En comparaison avec les chiffres de l’Année 2012, ceux de 2013 sont nettement plus rassurants. En effet, le département de l’Intérieur avait annoncé que, de janvier à juin 2012, les homicides n’avaient baissés que de 3% tandis que les vols avec violence avaient régressé de 4%. Pour ce qui est des coups et blessures volontaires, ils s’étaient aggravés de 4%.

Malgré cette baisse de la criminalité en milieu urbain, l’insécurité demeure une inquiétude si on compare les chiffres très bas notés en milieu rural à ceux enregistrés dans les villes. L’urgence serait aujourd’hui de mieux veiller sur la sécurité des hommes et des biens leur appartenant. Mais cette mission n’est pas de tout repos pour le ministère de l’Intérieur qui, en 2014, a affecté 1600 personnes à la police parmi 4000 nouveaux recrus. Il a également pris d’autres mesures sécuritaires à propos de la vidéo surveillance dans les villes et a multiplié l’effectif des limiers appartenant à la brigade mobile.

 

 

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

Actu-maroc.com

Commentaires