L’INSÉCURITÉ RISQUE DE TUER LA POULE AUX ŒUFS D’OR : LE TOURISME

L’INSÉCURITÉ RISQUE DE TUER LA POULE AUX ŒUFS D’OR : LE TOURISME

1220
0
PARTAGER

Si le royaume a jusque-là bien résisté au terrorisme pour garder son
attrait et son activité touristique en l’état, en comparaison avec
d’autres pays de la région, il n’est pas sûr que le phénomène de
l’insécurité grandissante qui règne dans les grandes destinations mais
pas seulement, laissera le pays continuer à jouir de sa notoriété
mondiale acquise après de nombreuses années à coups de milliards
dépensés en promotions et en campagnes publicitaires tous azimuts.

A commencer par Marrakech, la ville la plus prisée, dont le quotidien
est devenu un véritable enfer pour les visiteurs avec des agressions à
l’arme blanche en plein jour, des viols et des vols de touristes, et
surtout le phénomène peu assurant du « Tcharmil’ qui a vu ce week-end, un
restaurant chic du quartier de Guéliz envahi par une horde de voyous,
armes blanches à la main. La nuit, les témoignages concordent pour
souligner que la sécurité n’est pas garantie en plusieurs points.

A Tanger, tout au nord du pays, ce sont les braquages de banques et de
fourgons blindés et l’arsenal trouvé en possession de leurs auteurs
arrêtés qui font peur à ceux qui suivent l’actualité et qui hésitent
avant de s’y rendre.

A Agadir et sa nouvelle station balnéaire de Taghazout sortie de terre
grâce à un financement faramineux de la part de l’état, ce sont des
associations locales désespérées par l’état d’insécurité qui y règnent
dont l’initiative est à saluer après qu’aient alertés le wali et le
commandant de la gendarmerie, par une lettre au ton pathétique, de la
brutale dégradation des conditions de sécurité et l’apparition d’une
criminalité et d’une délinquance qui risquent de faire capoter le
projet.

Commentaires