L’Institut marocain des relations internationales présente à Rabat son rapport sur la...

L’Institut marocain des relations internationales présente à Rabat son rapport sur la régionalisation

217
0
PARTAGER

Tenue sous le thème « les expériences étrangères et marocaines de régionalisation, quelles recommandations? », la conférence s’est articulée autour de la présentation du rapport de l’IMRI sur la régionalisation au Maroc.

S’exprimant à cette occasion, le président de l’IMRI, Jawad Kerdoudi, a indiqué que l’objectif principal de l’Institut est de « promouvoir le thème et la problématique des relations internationales du Maroc », ajoutant que l’institut se fixe également pour objectifs, la valorisation de l’image du Maroc à l’étranger et la contribution à son développement politique, économique et social.

L’IMRI s’est inspiré du discours royal, du 6 novembre 2008, annonçant le lancement d’une dynamique de régionalisation avancée et graduelle, pour se pencher sur les expériences étrangères et marocaines de régionalisation, afin d’en tirer un modèle qui tienne compte des spécificités du Maroc.

Dans le but de concevoir un modèle de régionalisation pour le Maroc, l’IMRI a mentionné, dans son rapport, avoir étudié les cas de l’Allemagne, de l’Espagne et de la France, eu égard à leur proximité géographique et historique.

Le rapport a toutefois relevé que le modèle de l’Espagne peut être un bon exemple de régionalisation pour le Maroc, puisqu’il s’agit d’un modèle intermédiaire entre un Etat unitaire classique et un Etat fédéral.

Le groupe de travail de l’IMRI a constaté que, malgré les progrès accomplis par le Maroc depuis l’Indépendance dans le processus de régionalisation, les résultats demeurent insuffisants pour trois raisons majeures.

Il s’agit d’abord de la tutelle jugée « trop lourde » du gouverneur sur le conseil régional, de la faiblesse des ressources financières allouées à la région, qui ne lui permettent pas d’avoir une réelle autonomie par rapport au pouvoir central et, enfin, des limites des ressources humaines déployées dans les régions.

Commentaires