L’Irak demande au Qatar l’extradition de son vice-président

L’Irak demande au Qatar l’extradition de son vice-président

165
0
PARTAGER

Cette accusation contre le vice-président irakien Tarek al-Hachémi était intervenue la veille du jour où le dernier soldat américain quittait le territoire irakien et marquait la fin de l’occupation.

Le vice-président s’est dit victime d’une chasse aux sorcières. Il s’était réfugié au Kurdistan autonome irakien, puis il avait pris l’avion le 1er avril pour Doha. Son bureau a signalé qu’il était en mission diplomatique au Qatar. Le Qatar justement qui a joué un rôle prépondérant dans la crise syrienne, demandant expressément le départ de Bachar el-Assad, alors que l’Irak qui prend la tête de la Ligue arabe appelle à maintenir en place le régime syrien.

Depuis la chute de Saddam Hussein, les sunnites qui dominaient le parti Baas à l’époque ont été écartés des postes de décision. De fait, Tarek al-Hachémi est l’un des dirigeants du parti Iraqiya, une coalition sunnite, qui vient de suspendre sa participation au Parlement, pour protester contre la mainmise des chiites issus de la majorité sur tous les postes clé du gouvernement. Il menace encore de retirer ses sept ministres du gouvernement de coalition de Nouri al-Maliki.

Derrière ces menaces de mandat d’arrêt à l’encontre de Tarek al-Hachémi, les Irakiens eux-mêmes sont inquiets d’un repli identitaire et confessionnel faisant craindre de nouvelles tensions dans le pays.

Ces tensions interviennent quelques jours après la tenue à Bagdad du sommet de la Ligue arabe où le Qatar n’avait envoyé qu’une délégation de second rang, pour protester contre le gouvernement irakien à propos de la façon dont la minorité sunnite en Irak était traitée.

 

rfi.fr__________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires