L’Iran n’a pas arrêté d’espionne américaine

L’Iran n’a pas arrêté d’espionne américaine

116
0
PARTAGER

« Dès le début, cette Américaine n’était pas en Iran », a déclaré le porte-parole du ministère Ramin Mehmanparast lors d’un point de presse à Téhéran.

« Les informations (sur son arrestation, ndlr) publiées n’étaient pas importantes et significatives, c’est pourquoi il n’y a pas eu de réaction officielle. Le problème a été réglé au niveau des garde-frontières. L’affaire est terminée », a-t-il dit.

Des informations contradictoires ont circulé ces derniers jours sur l’arrestation d’une Américaine à la frontière de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, qui avait été présentée comme une « espionne ».

Samedi, Ahmad Garavand, un responsable des garde-frontières, cité par l’agence de presse Fars, avait déclaré qu’une Américaine, identifiée comme Hal Talayan, avait été arrêtée le 5 janvier dans une région du nord-ouest de l’Iran frontalière de la province autonome azerbaïdjanaise du Nakhitchevan et proche de l’Arménie.
« Elle a été arrêtée le 5 janvier alors qu’elle filmait (des installations) en prétendant être une touriste. Elle était chargée de mission par l’agence d’espionnage américaine », avait déclaré M. Garavand.
M. Garavand, cité ensuite par l’agence de presse ISNA, avait indiqué que la détenue avait « été chargée par les Américains de filmer les frontières. Elle était en possession d’appareils photo sophistiqués et filmait des marchés, le commissariat de Jolfa et la frontière ».
Deux jours plus tôt, l’agence Fars avait fait état de l’arrestation de cette Américaine, mais la télévision d’Etat iranienne avait démenti l’information en affirmant que l’Américaine avait été refoulée immédiatement en Arménie faute de visa d’entrée en Iran.
Le département d’Etat américain avait nié ces informations.
Revenant sur ces informations, l’agence Fars, citant une source informée, a affirmé dimanche, que « cette Américaine s’était présentée à la frontière en prétendant être une espionne. Elle a été remise aux agents des renseignements et après interrogation, il s’est avéré qu’elle avait des problèmes mentaux. Elle a été refoulée ».

L’Iran détient depuis juillet 2009 deux Américains arrêtés à la frontière avec l’Irak qu’ils affirment avoir franchie par erreur lors d’une randonnée dans les montagnes du Kurdistan irakien. Une autre Américaine, Sarah Shourd, arrêtée avec eux a été libérée sous caution pour raisons de santé en septembre.

Les trois Américains ont été accusés d’espionnage par la justice iranienne -ce que Washington a toujours démenti- et doivent comparaître le 6 février devant un tribunal.

AFP

Commentaires