L’Istiqlal a déposé plainte, aujourd’hui, contre le chef du gouvernement

L’Istiqlal a déposé plainte, aujourd’hui, contre le chef du gouvernement

319
0
PARTAGER

 

Jeudi 9 janvier 2013, un collectif d’avocats du Parti de l’Istiqlal, menés par les bâtonniers Mohamed El Ansari et Ahmed Kadiri, dépose à la cour de cassation une plainte contre le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Adil Benhamza, porte-parole du parti de l’Istiqlal  a confirmé cette information.

La plainte invoque les dispositions de l’article 442 du code pénal relatives à la diffamation.

Et ce, suite aux propos tenus, le mardi 31 décembre 2013, par le chef du gouvernement, dans le cadre de la séance mensuelle tenue à la Chambre des Représentants. M. Benkirane s’en est pris au parti de l’Istiqlal, en ces termes : “Nous ne sommes pas comme certains partis dont les membres ont des appartements à Paris et des milliards de dirhams sur des comptes”. Et d’ajouter alors qu’un tollé gagnait l’hémicycle parlementaire, lui demandant des noms : “Je ne dirai rien de plus…”.

Les députés du parti de la balance avaient alors crié au scandale et appelé le chef du gouvernement à s’en expliquer. Quelques jours plus tard, la direction du parti, avec à sa tête Hamid Chabat, secrétaire général du parti, a tenu une conférence de presse à Rabat. C’était samedi 4 janvier 2013. Le parti a annoncé sa décision de porter l’affaire devant la justice. Yasmina Baddou, elle, accusée sans être nommée, d’avoir transféré illégalement de l’argent pour s’acheter deux appartements, à Paris, n’a pas voulu poursuivre à titre individuel le chef du gouvernement. « Je me soumets à la décision du parti », a-t-elle déclaré.

Guerre Chabat-Benkirane

Abdelali Hamiddine, dirigeant du PJD a relevé que le parti de l’Istiqlal a le droit d’ester en justice, mais « dans cette affaire-là, il semble que les Istiqlaliens ont été embarqués dans une démarche qui ne les concerne pas. Il faut bien le reconnaître, depuis que Hamid Chabat est devenu secrétaire général, le parti de l’Istiqlal a beaucoup perdu en notoriété et en sagesse… Avec cette cadence là, j’ai peur pour le parti qui fête ces jours ci ces 70 ans et pour lequel nous avons au PJD beaucoup d’estime et de considération..»

La guerre entre Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane est donc montée d’un cran. C’est devant les tribunaux qu’ils vont s’affronter maintenant. Mais pour que gagne le pays dans tout ce remue ménage ?

 

Actu-maroc.com____________________

Commentaires