PARTAGER

Vendredi dernier était un grand jour de fête pour le parti de l’Istiqlal, devenu l’ombre de lui-même, mais qui a repris du poil de la bête ce jour-là, pour se classer premier en nombre de sièges en jeu pour la formation de la chambre des conseillers dans sa nouvelle version après les changements apportés par la nouvelle constitution de 2011.

Le parti a obtenu 24 sièges contre 23 pour son poursuivant immédiat, le PAM, qu’il affrontera, demain mardi, pour l’élection prestigieuse du président de cette chambre .

Ce résultat est venu contredire l’annonce de la perte de vitesse de cette formation après les résultats en demie-teinte lors des dernières communales et régionales, mais il sauve surtout la tête de son secrétaire général, Hamid Chabat, qui a été trop vite enterré par ses fossoyeurs-concurrents, qui se projetaient avant l’heure à son poste.

Hamid Chabat qui a tenté de se rabibocher avec les islamistes du PJD et leur chef, le premier ministre Benkirane, hier encore ennemi juré, peut se vanter de cette victoire devant la réunion décisive du parlement de son parti au cours de ce mois pour remonter la pente et se maintenir aux commandes en dépit des mauvais résultats électorats précédents et la poussée de ses détracteurs et adversaires qui souhaitent son départ pour avoir fait perdre au parti une grande part de ses bases depuis le divorce avec les islamistes. En opérant un nouveau virage vers les islamistes, l’actuel leader de l’Istiqlal tente désespérément de se maintenir à la barre, la victoire à la présidence de la deuxième chambre peut lui donner un argument de poids pour négocier un bon ralliement à l’actuelle majorité.

Par Jalil Nouri

Commentaires