PARTAGER
L’affaire incroyable des 48 immeubles voués à  la destruction dans la ville de Tamesna après que son constructeur étranger ait été reconnu coupable de négligences qui auraient pu mettre en péril la sécurité des habitants, il est à craindre que d’autres scandales de ce type n’éclatent au grand jour dans ce segment de l’immobilier qui a réglé les problèmes des couches défavorisées et enrichi parallèlement à vive allure plusieurs promoteurs dont beaucoup ont triché sur la marchandise. Le problème qui pourrait aboutir sur des drames jamais vécus par le passé, ont poussé tardivement le ministère de l’habitat à instaurer des commissions d’enquêtes déployées sur l’ensemble du territoire et dans des millions de projets achevés ou en voie de l’être avant que les propriétaires ne s’y installent sans risque de voir leur toit s’effondrer sur leurs têtes. Les témoignages abondent dans le même sens pour affirmer que le logement social s’est transformé en une vaste arnaque et un moyen d’enrichissement rapide pour les promoteurs dont le produit final est une accumulation de tricheries dans le choix des matériaux, de négligences graves et procédé de construction n répondant pas aux normes.
Des associations d’architectes et d’entrepreneurs n’ont pas hésité, devant l’ampleur du phénomène; à demander un audit au niveau national accompagné d’une enquête de qualité pour réaliser le niveau des dégâts et des risques encourus.

Commentaires