L’Onu appelle le Soudan et le Soudan du Sud à cesser toute...

L’Onu appelle le Soudan et le Soudan du Sud à cesser toute opération militaire

181
0
PARTAGER

Dans une déclaration lue par l’ambassadeur britannique Mark Lyall Grant, dont le pays préside le Conseil en mars, les 15 membres du Conseil demandent à chacun des deux pays « de ne prendre aucune initiative » qui menacerait la sécurité et la stabilité de l’autre, « y compris en soutenant directement ou indirectement des groupes armés opérant sur le territoire de l’autre ».

Le Conseil « condamne les actions de tout groupe armé visant à renverser par la force le gouvernement du Soudan ou du Soudan du Sud », poursuit le texte.

Les 15 pays se déclarent « très inquiets des affrontements militaires » dans les régions frontalières « qui menacent d’entrainer une reprise du conflit entre les deux pays et aggravent la situation humanitaire ».
A ce propos, ils « réaffirment l’urgence d’acheminer de l’aide humanitaire (..) pour éviter une aggravation de la grave crise au Kordofan-Sud et au Nil bleu », deux Etats limitrophes du Soudan du Sud.

L’aviation soudanaise a lancé mardi de nouveaux raids aériens sur le Soudan du Sud, selon des responsables du Sud, menaçant un récent rapprochement entre les deux pays.

Dans la nuit de lundi à mardi, après les premiers affrontements, le Soudan a « suspendu » la visite de son président Omar el-Béchir au Soudan du Sud prévue le 3 avril dans le cadre de ce rapprochement.
S’adressant à la presse, l’ambassadeur soudanais à l’ONU Daff-Alla Elhag Ali Osman a affirmé qu’il « n’y avait eu aucun bombardement aérien » de la part des forces soudanaises et que la situation humanitaire au Kordofan-Sud et au Nil Bleu était « tout à fait normale ».

Ces tensions ravivent le spectre d’un conflit à grande échelle entre le Nord et le Sud, qui se sont affrontés durant 20 ans, au cours d’une guerre civile qui a fait deux millions de morts et a pris fin en 2005 avec un accord de paix ayant abouti à l’indépendance du Soudan du Sud juillet 2011.

Juba et Khartoum avaient signé mi-mars plusieurs documents et prévu le sommet du 3 avril pour faire progresser les questions des revenus pétroliers et des zones frontalières contestées, principaux sujets de tensions entre les deux pays.

AFP____________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires