PARTAGER

L’actrice marocaine qui a tant défrayé la chronique par le passé est soudain devenue depuis quelques jours au centre d’une vague de solidarité après qu’elle ait annoncé, en milieu de semaine, être atteinte d’un cancer de la gorge, diagnostiqué dans un hôpital de Paris où elle vit avec sa fille, Luna ,depuis qu’elle a quitté le Maroc, forcée, pour aller faire carrière ailleurs après la tempête qui a suivi sa participation décriée dans un film à scandale « Zine Li Fik » du réalisateur marocain, Nabyl Ayouch, un film que les marocains n’ont pu voir en salle en raison de la censure.

C’est une Loubna Abidar effondrée qui s’est exprimée ouvertement sur sa maladie dont elle doit se faire opérer dans les prochains jours et subir d’autres interventions en cas de rechute, en raison de son refus de se soumettre à des séances de chimiothérapie. Très pessimiste sur l’évolution de son état de santé et se disant prête à mourir, elle a demandé à être enterrée à Marrakech, sa ville natale, à ce que son cercueil soit recouvert du drapeau amazigh et de pétales de roses et que des fleurs soient distribuées dans tous les quartiers de cette ville, en signe d’amour pour ses habitants. Ces mots très forts et tristes ont fortement ému le public et déclenché une vague de soutien impressionnante avec une actrice rejetée et insultée sur tous les tons il y a quelques mois encore.

Commentaires