L’outil de propagande du « polisario » se refuse au dialogue au FSM de...

L’outil de propagande du « polisario » se refuse au dialogue au FSM de Dakar

238
0
PARTAGER

Venus en intrus à cette manifestation qui se veut un espace d’échanges et de débat, la poignée de propagandistes voulaient investir une tribune du Forum pour débiter leur habituel monologue mensonger tout en s’arrogeant le « droit » de refuser la participation d’acteurs associatifs marocains venus livrer leur point de vue concernant leur cause nationale.

Conscients de la fortuite et de la fragilité de leur argumentaire face à un interlocuteur averti à même de battre en brèche la propagande séparatiste, les mercenaires s’opposent à l’entrée dans la salle de conférences des participants marocains, dont de nombreux sahraouis des provinces du sud.

La presse marocaine était aussi indésirable par le service d’ordre des mercenaires et leurs ténors espagnols.

Pour envenimer l’ambiance et couper court au « risque de dialogue » qui risquait de faire tourner en ridicule leur tissu de mensonge, la poignée de mercenaires verse dans la provocation avec insultes, bousculades et propos injurieux envers les jeunes marocains.

Obligés de riposter, ces derniers ont scandé des slogans glorifiant la marocanité du Sahara et l’attachement indéfectible des marocains à l’intégrité territoriale du Royaume.

La rencontre, qui se voulait un monologue de propagande et un déni du dialogue, n’eut pas lieu finalement. Les outils de la désinformation ont vite déchanté dans cet espace garantissant la liberté d’opinion, ce qui n’arrange point leur dessein de sévir par la propagande devant une audience acquise où pour le moins mal informée sur les vérités de la question du Sahara.

Etonnés par ces pratiques aux antipodes des principes élémentaires de la démocratie que célèbre cette manifestation internationale, plusieurs participants étrangers ont témoigné de leur indignation face à ce déni du dialogue de la part des mercenaires.

Le palestinien Gaby Jammal, écrivain, politologue et réalisateur de cinéma, s’est dit consterné par la déplorable scène d’agitation et d’hostilité livrée par les mercenaires du « polisario » qui refusent à l’autre le droit de s’exprimer démocratiquement.

L’intellectuel palestinien qui participe au FSM de Dakar dans le cadre de plusieurs ateliers, a déclaré être fermement opposé au séparatisme qui ne peut que gangrener l’intégrité des pays arabes et diluer les efforts des bonnes volontés pour l’unité et l’intégration des pays arabes.

« Ma conviction est que l’édification et l’intégration des espaces régionaux est la meilleure voie pour le monde arabe, à l’exemple de l’Union européenne où les différents mouvements séparatistes sont tombés dans la désuétude et l’oubli avec l’émergence de l’Union et l’élan fédérateur de l’intégration qui fait actuellement la force de cet espace économique prospère et développé », a-t-il relaté.

La proposition marocaine d’autonomie initiée « offre bien l’opportunité de régler équitablement ce conflit qui handicape l’édification de l’espace maghrébin pour le bienfait de toute la nation arabe et musulmane », a-t-il dit.

Sidérés par ce rejet du dialogue et par les comportements provocateurs des mercenaires, plusieurs acteurs associatifs marocains de divers horizons dont plusieurs sahraouis se sont dit convaincus de leur attachement au droit à la parole face à la propagande hostile à la cause sacrée des marocains.

Une propagande orchestrée par des lobbys espagnols et le régime algérien, dans la vaine tentative de porter atteinte à la cause sacrée des marocains, ont-ils affirmé.

Commentaires