L’ouverture de banques islamiques au Maroc permettra d’attirer des fonds importants (ministre)

L’ouverture de banques islamiques au Maroc permettra d’attirer des fonds importants (ministre)

370
0
PARTAGER

Le ministre, qui intervenait à l’ouverture de la 3ème édition du Forum national des futurs managers sur le thème « la finance islamique et ses perspectives au Maroc », organisé à l’Ecole Nationale du Commerce et de Gestion de Kénitra (ENCG) à initiative du bureau des étudiants de l’organisation Attajdid Attolabi, a expliqué que le système financier islamique repose sur la solidarité et le bénéfice et non sur l’intérêt qui souvent constitue un obstacle à l’investissement.

Le ministre a exposé les caractéristiques de ce système qui se réfère aux principes de l’Islam qui met l’homme au centre de son intérêt alors que le système libéral repose sur la propriété privée et le système marxiste sur la propriété publique.

De son côté, le ministre chargé des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif, a indiqué que l’encadrement des recherches et des études universitaires dans le domaine de l’économie islamique n’est pas soumis à une stratégie claire. Généralement, a-t-il dit, ces recherches n’ont pas accompagné l’évolution financière que connaît le monde et n’ont pas apporté des réponses adéquates aux problématiques techniques.

Le ministre a expliqué que l’introduction du système des banques islamiques au Maroc se fera de manière progressive et aura besoin de ressources humaines qualifiées. Selon lui, le Maroc aura besoin, à moyen terme, entre 400 et 500 cadres spécialisés dans la finance islamique et le succès d’une telle expérience dépendra, en grande partie, de la qualité de ces ressources humaines. Il a indiqué que plusieurs institutions bancaires marocaines ont exprimé le souhait de s’engager dans cette nouvelle expérience.

M. Boulif a, à cette occasion, présenté un aperçu sur le secteur bancaire marocain qui comprend 19 institutions bancaires, emploie 40.000 personnes et réalise des bénéfices qui peuvent aller jusqu’à 1000 milliards de dh.

Pour sa part, le directeur de l’ENCG de Kénitra, Sadok Khazrouni, a indiqué que le système bancaire islamique s’est élargi dans le monde depuis la fin du siècle dernier, particulièrement au Moyen Orient, en Asie du sud et même en Europe et en Amérique.

Ce système, a-t-il ajouté, est l’objet d’un grand intérêt et de plusieurs questionnements sur ses principes, son organisation, son rôle dans l’économie et sur les obstacles qui peuvent entraver son développement.

Les travaux de cette rencontre se sont déroulés par la suite en ateliers et ont porté sur les possibilités de formation dans la finance islamique au Maroc et à l’étranger, la recherche en finances islamiques et la recherche et la créativité au service de l’industrie financière islamique.

__________________

actu-maroc.com

 

Commentaires