PARTAGER

L’annonce de l’ouverture d’un restaurant fast-food de la célèbre enseigne américaine « Mac Donald » à Laayoune, la première du genre dans les provinces sahariennes, a eu pour effet de mettre les dirigeants séparatistes du Polisario dans tous leurs états, au point d’en faire une question politique.

Aussitôt l’ouverture de l’établissement annoncée, ils ont engagé une vaste offensive et un lobbying appuyé auprès de la société-mère et le gouvernement américain pour surseoir à ce projet, un projet qui les rend allergiques comme tous les autres installations d’entreprises au Sahara Marocain, surtout les étrangères, qui sont de nature à vider leur cahier revendicatif de tout son contenu.

Depuis que le roi Mohammed VI a lancé en février dernier des chantiers gigantesques dans ces provinces et depuis que des investissements colossaux de la part des pays du Golfe sont annoncés plus au sud dans la région de Dakhla, l’état-major du mouvement séparatiste ne sait plus où tourner la tête et continue d’espérer une initiative, qui ne viendra pas, pour bloquer cette dynamique appelée à transformer cette région et appuyer la souveraineté marocaine dans ses provinces sahariennes.

La décision de « Mac do » d’ouvrir son premier restaurant au Sahara, est un symbole de cette transformation que le Polisario refuse de voir en face.

Commentaires