«Sans garantie» : La BEI finance les ambitions de l’OCP

«Sans garantie» : La BEI finance les ambitions de l’OCP

165
0
PARTAGER

La convention de prêt signée à Paris par le président-directeur général de l’OCP, Mostafa Terrab, et le 1er vice-président de la BEI, Philippe de Fontaine Vive, permettra de financer en partie la construction de deux usines de lavage et d’enrichissement des phosphates à faible teneur à Khouribga.

Ces usines permettront de moderniser et de renforcer la capacité de production du Groupe OCP ainsi que de créer plus de 300 emplois directs.

Lors de la signature du prêt, le vice-président de la BEI a souligné la confiance dont jouit l’OCP auprès de ce bailleur de fonds de l’Union européenne. La BEI n’a pas exigé la garantie du Royaume du Maroc pour accorder ce financement, car «la signature de l’OCP a, à elle seule, une force qui rassure», a affirmé De Fontaine Vive.

L’Office, a-t-il relevé, est «un champion mondial» dans le secteur des phosphates et un «champion mondial» dans la zone euro-méditerranéenne dont la solidité et le développement constituent une des «bonnes et rares nouvelles» dans la conjoncture économique et financière morose de la zone.

Le numéro deux de la BEI a relevé d’autre part que ce prêt sans garantie publique est le prêt le plus important jamais consenti à une autre entreprise de la zone Maghreb.

L’OCP, un des leaders mondiaux sur le marché du phosphate brut, de l’acide phosphorique et des engrais phosphatés, a obtenu ce prêt via la Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat (FEMIP), créée en octobre 2002 pour renforcer et amplifier l’action de la BEI envers les pays partenaires méditerranéens.

Le recours à ce prêt s’inscrit dans le cadre de la «stratégie de diversification et d’optimisation des sources de financement» du Groupe OCP.

Terrab s’est réjoui de cette marque de confiance qui illustre la qualité de la relation entre OCP SA et la BEI, une institution aux «ratings souverains» élevés (triple AAA). Il a estimé que cette convention de prêt est «un premier jalon sur la voie d’un partenariat à long terme et à l’image de la qualité des institutions signataires».

De son côté, le vice-président de la BEI a souligné que ce prêt «significatif» vise à accompagner la stratégie de développement, de rénovation et de lancement de nouvelles unités de production par l’OCP, de même qu’il constitue une marque de «confiance positive dans le temps».

Autre point positif à l’actif de l’OCP ayant facilité ce prêt, la «préoccupation environnementale et sociale» dont fait preuve le groupe marocain, au-delà du souci des équilibres financiers, a relevé de Fontaine Vive.

Selon lui, l’OCP a adopté les «meilleurs standards mondiaux» en matière d’environnement et intégré la préoccupation sociale dans sa stratégie de développement.

Terrab s’est dit sensible à cette marque de confiance de son «important partenaire» et au soutien qu’il apporte à ces deux dimensions de développement. Il assuré que le groupe qu’il préside veille à «améliorer l’empreinte environnementale de l’OCP» à travers différents volets, notamment l’économie de l’eau et de la consommation d’énergie.

Il a également mis l’accent sur la «responsabilité sociale» et la démarche solidaire que l’OCP s’efforce à mettre en œuvre. Ces «valeurs partagées avec la BEI incitent l’OCP à produire de manière responsable et solidaire», a-t-il ajouté.

 

MAP________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires