L’UNION MAGHREBINE A L’EPREUVE

L’UNION MAGHREBINE A L’EPREUVE

237
0
PARTAGER

Or , ce militant de grande envergure  est devenu, alors qu’il était un grand militant du FLN aux côtés de Ben Bella, Belkacem ,Boumediene,Aït Lahcen ,Ferhat Abbas et d’autres martyrs de la révolutions Algérienne,( est) aujourd’hui Président de l’Algérie. Mais  jamais et aucunement on ne peut réduire l’histoire à un fait divers en omettant la communauté de la lutte et pour ce pays et pour l’ensemble du Maghreb. Qui saurait le faire alors qu’on est témoin de lutte et de libération …Nos aînés avaient posé les jalons  pour consolider cette union pour la tangibiliser par la suite sur tous les plans et à tous les niveaux….

 

Relisons cette même épopée, alors que la révolution algérienne rentre dans sa deuxième phase en 1956, le regretté Mohamed V prononça un important discours dont cet extrait est justement révélateur : «Oujda attire particulièrement. Notre sollicitude, non seulement en tant que ville importante, et aussi comme trait d’union entre deux pays frères. L’Humanité  souffre cruellement des événements dont l’Algérie est aujourd’hui le théâtre. »

Ce paragraphe est à lui seul témoin d’une vision bien intentionnée de la part du Maroc envers sa consoeur algérienne. Il n’y avait point donc d’hégémonie à  vision futuriste ou d’un calcul géostratégique.  C’était là toute la spontanéité et la croyance en un devenir maghrébin commun dans toute sa pureté.

Pour preuve, la Regretté Souverain abonde  en ce sens en ajoutant dans le même discours : « la conscience universelle et les hommes de bonne volonté de France, d’Algérie et dans le monde lancent un pressant appel aux responsables pour qu’ils mettent rapidement fin à l’effusion du sang ».
C’était là toute une clairvoyance visant le respect de l’histoire avec soi-même et avec autrui, soit-il un ancien colon. C’est dire aussi toute la philosophie dont s’est empreint Nelson Mandela, par la suite, et qui l’a consacré comme prix Nobel de la paix.

Avec du recul on doit concevoir que ce discours de Mohamed V est l’un des témoignages les plus nobles, alors qu’il fit sa rentrée officielle après tant de douleurs,est le plus éloquent parfait des langages précurseurs de l’Unité  Maghrébine et celle de l’Afrique du Nord.

Justement cette Afrique du Nord dont le Père de la Nation ; son héritier le Regretté défunt  Hassan II  et présentement le Souverain Mohamed VI ont continué sur la même lignée, demeure toujours un vœu pour nous, les générations des indépendances avions cultivé et nourri depuis la lutte pour les indépendances, et notamment depuis l’assassinat du leader syndicaliste, Farhat Hachad , le 10 décembre 1953 .

A cet égard, Mohamed V dans ce discours officiel lors de sa rentrée, justement officielle, avait bien souligné : «  L’Afrique du Nord forme un tout, du point de vue géographique et ethnique. D’autre part, les trois pays qui la composent sont intimement liés par la langue, la religion et les traditions. Leur avenir, comme leur passé, est commun.Tout ce qui touche à l’Algérie à des résonances profondes au Maroc, tant en raison des liens intimes et des affinités qui existent entre les deux peuples, qu’en raison de leur voisinage géographique. C’est pourquoi le retour de la paix en Algérie demeure pour nous une préoccupation majeure. Il y va de notre sécurité à la stabilité de l’ensemble Nord Africain. Pour toutes ces raisons nous adjurons les responsables de hâter la solution de ce problème et de faire cesser aussi tant de souffrances humaines. »
Qu’aurions nous tirer de ce constat sur le plan géopolitique, stratégique sans un Maghreb déjà uni ? Rien.

Sauf un report aux calendes grecques d’une union dont voilà l’un des grands mérites et le Père de la révolution algérienne, Mohammed Boudiaf, appelé à la rescousse d’une histoire  ingrate et moribonde, a été assassiné par des mains criminelles qui, certainement ne croyaient pas  à l’unité du Maghreb. La mort de Boudiaf, qui était l’un des rares témoins de l’histoire et qui a voulu passer le restant de sa vie au Maroc, témoigne de cette volonté destructrice de l’Union Maghrébine et de l’Afrique du Nord !
Les précurseurs de cette union maghrébine doivent se retourner dans leur tombes en observant  ce non sens. Juste, les hommes passent ou trépassent et disparaissent, mais combien leur vœux, les voulaient réalisés et concrétisés.

Pour ceux qui, encore vivants,  qu’ils trouvent au moins quelque chose qui puisse leur rappeler qu’il y a encore de l’espérance pour partir la conscience tranquille. C’est le moins qu’ils puissent souhaiter en ces temps ridicules .Oui, mais ceux qui ont contribué pour le retour à la paix au Maghreb, après avoir lutté pour sa libération à même de restaurer l’amitié d’autan, âprement disséquée par le colon (dixit Jules Claude) .

Toutefois, nous, générations des indépendances et celles dont nous sommes présentement pour en faire part des ante et post œuvre, continuons contre vents et marées à  lutter pour cet idéal maghrébin, à l’instar de nos aînés ayant tracé la voie ou cette feuille de route depuis de la première moitié du siècle écoulé.

Combien aurons nous voulu que la génération des indépendances ayant pris le relais, après avoir contribué et participé à l’œuvre ,soit associée à l’édification du Grand Maghreb. Oui, après avoir participé en militants résolus et conscients de la cause nationale sous fond d’une cause commune ,celle de l’Afrique du Nord .Nous l’avons fait  en déclenchant la révolution du Roi et du Peuple en 1953 , alors que notre apprentissage s’est entamé à partir de 1950 , avec la pratique du sport et surtout la pratique du football militant pratiqué par les pays  frères, notamment la coupe et le championnat d’Afrique du Nord . Et aussi grâce à nos aînés braves combattants qui ont démontré leur suprématie en athlétisme, en boxe, natation, cyclisme, etc.C’est mon cas où ,sur le plan natation j’ai battu le record  des 5000 mètres. Ainsi  la participation au tour du port en natation après avoir fait mes grandes preuves dans  la mémorable Piscine  Municipale de Casablanca, l’une des plus grandes et prestigieuses du Monde.

Ce qui en suit, c’est une longue carrière dans la marine ponctuée par des  stages en  Europe, notamment  en France et en Afrique du Nord. En maghrébin, c’est avec les tripes et le sentiment le plus noble qu’on assistât à des belles et nostalgiques rencontres inter-maghrebines.

Revenons à la révolution du Roi et du Peuple du 20 Août 1953, devenue matière à réflexion de par le monde et notamment au Maghreb et au monde arabe puisqu’elle a donné motif émulatif à celle de la révolution algérienne en ce mois de Novembre 1954 ou j’étais ami à de grands militants algériens vivant au Maroc, où j’ai hébergé certains résistants recherchés en Algérie ou en France dans ma cabine de navire où je fus responsable .J’ai même incité certains parmi eux à lutter contre l’occupant, que ce soit en Algérie, en France ou en Europe. Notre frontière était ouverte à la résistance algérienne , témoigne de tout ce passage dense d’armes et d’hommes pour la bonne cause maghrébine….  

Said Sabbar

Commentaires