PARTAGER

Benkirane, le futur chef du gouvernement issu des dernières élections sait désormais à quoi s’en tenir alors que les tractations avec les partis devant le former viennent à peine de débuter.

L’annonce surprise d’une démarche commune des formations de l’Istiqlal et de l’USFP pour négocier leur éventuelle entrée au gouvernement a la particularité de l’inquiéter comme de satisfaire sa volonté de ramener à lui et son parti islamiste du PJD, le bloc des partis dits du « Mouvement National » afin de laisser son rival du PAM, seul, dans le camp de l’opposition, afin de l’affaiblir et de rendre amère sa percée aux élections qui fait de lui le second parti sur l’échiquier politique national.

L’inquiétude, en revanche, pour Benkirane, c’est de voir les deux formations de l’Istiqlal et l’USFP, faire front commun au sein du gouvernement et de prendre des décisions communes par solidarité, comme quitter le navire gouvernemental à la moindre rebuffade.

Les leaders des deux partis connus pour être imprévisibles, impétueux et impulsifs, l’expérience avec ces représentants de la Koutla pourrait vite tourner au fiasco comme l’avait déjà prouvé l’istiqlal lors de la première version de l’équipe Benkirane.

Commentaires