PARTAGER

Le faux suspense concernant la participation ou non de l’USFP au prochain gouvernement n’aura pas trop duré, puisque comme le veut la commission administrative de cette formation, ou son parlement, a donné son feu vert sans conditions préalables, du moins en apparence.

Il faudra attendre la suite des événements pour savoir si l’USFP ne lie pas cette participation à un minimum de portefeuilles en plus de la présidence de la première chambre du parlement qu’il voudrait bien voir revenir à l’un de ses dirigeants et ancien ministre, Habib El Malki, à moins que Benkirane ne décide de le caser au ministère de l’éducation nationale.

Pour sa part, le chef du parti, Driss Lachgar, a sit ne pas postuler pour un poste et que son parti ne faisait pas de sa participation une question de portefeuilles. Pour qui le connait, la chose parait peu vraisemblable. L’Istiqlal, qui avait beaucoup milité pour une participation de l’Usfp et dans une moindre mesure, le PPS, doivent se réjouir de cette annonce eux qui, avaient mis tout leur poids dans la balance pour que la « koutla », le bloc de gauche, accompagnent les islamistes du PJD dans une expérience inédite aux affaires, pour laisser le PAM, seul, dans l’opposition, au grand bonheur du chef du gouvernement qui rêve d’une opposition fortement affaiblie, avec un PAM isolé sur l’échiquier politique et inaudible au parlement.

Commentaires