Lutte contre le Sida : La stratégique 2012-2016 dévoilée à Rabat

Lutte contre le Sida : La stratégique 2012-2016 dévoilée à Rabat

440
0
PARTAGER

Intervenant à cette occasion, le ministre de la Santé, Houcine El Ouardi, a relevé que cette stratégie vise trois objectifs majeurs, à savoir la réduction de 50% d’ici 2016 des nouvelles infections par le VIH, la réduction de 60% de la mortalité des personnes vivant avec le VIH et l’optimisation de la gouvernance et la gestion de la riposte nationale au niveau central et décentralisé.

Ce plan fait partie de la stratégie globale du département de la Santé focalisée sur le droit à la santé, l’approche participative et la reddition des comptes, a relevé le ministre, notant que la santé ne dépend pas seulement de la prévention et du traitement des maladies, mais également de la mise en place d’un cadre de vie sain dans lequel les premières nécessités du citoyen sont garanties.

Pour sa part, le ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa, a salué cette initiative importante, qui voit le jour sur la scène sanitaire marocaine, après un travail sérieux et engagé initié par les départements et les partenaires concernées.

Le ministre a affirmé, d’autre part, que la lutte contre ce fléau exige de dépasser les tabous et mener des campagnes de sensibilisation percutantes à travers les différents canaux disponibles, dont les établissements scolaires. «Il est primordial de ne jamais réduire la vigilance», a dit le ministre, soulignant la nécessité d’appuyer le travail effectué par le ministère de la Santé, les ONG et les acteurs de la société civile, tout en travaillant de concert avec les autres départements ministériels.

Le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé a, de son côté, relevé que le combat mené par le Maroc contre le sida est exemplaire et démontre que le pays place l’être humain au centre de ses préoccupations. Assurant que ce plan de lutte contre le Sida peut également être mis en place à l’échelle continentale, le responsable onusien a souligné que cette lutte n’est pas seulement un combat contre la maladie mais aussi un effort pour transformer la société et un combat pour les droits humains.

Cette cérémonie été l’occasion pour la signature et la lecture en langues arabe, amazighe et française du Pacte d’engagement avec les partenaires pour la mise en œuvre du Plan stratégique national qui comprend la prise en charge des personnes vivant avec le VIH et des populations les plus exposées aux risques d’infection. Il a été procédé également à la signature des conventions avec les associations bénéficiaires du programme d’appui du Fonds mondial ainsi que du plan conjoint d’appui des Nations unies à la riposte du Sida.
Atteindre une couverture d’au moins 60%

Le plan stratégique national de lutte contre le Sida 2012-2016, présenté mardi à Rabat, prévoit une série d’interventions visant à étendre les programmes de prévention contre la maladie pour atteindre la couverture d’au moins 60% auprès des personnes les plus exposées.

Dans ce sens, le Plan stratégique compte mener plusieurs interventions phares, dont notamment l’élaboration de programmes de prévention pour les jeunes et les femmes en contexte de vulnérabilité. Un programme de marketing social du préservatif sera lancé et 30 nouveaux centres de dépistage seront créés, outre l’intégration du dépistage dans 358 centres de Santé et 55 centres de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires avec deux millions de personnes testées d’ici 2016.

Il s’agit aussi de l’extension du dépistage VIH chez les femmes enceintes pour atteindre la couverture de 80% des femmes enceintes vivant avec le VIH par la prévention de la transmission du VIH mère-enfant, l’extension de la couverture par le traitement antirétroviral et l’appui psychologique et social pour atteindre 80% des personnes nécessitant un traitement d’ici 2016.

Il est, également, question du renforcement du partenariat avec le secteur religieux, le secteur privé et le milieu de travail, et de l’élaboration d’une stratégie sur les droits humains et la lutte contre la stigmatisation et la discrimination avec l’implication du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). A noter que le budget alloué pour mener ces actions est estimé à 810 millions de dirhams sur 5 ans, dont 46% sur le budget de l’Etat, 41% sur le programme fonds mondial et 13% dans le cadre des autres sources nationales.

Selon les estimations du ministère de la Santé, le nombre de personnes vivant avec le VIH au Maroc à fin 2011 est de 29.000 dont 10.000 nécessitant un traitement antirétroviral.

Le plan stratégique s’est assigné trois objectifs majeurs, à savoir la réduction de 50% d’ici 2016 des nouvelles infections par le VIH, la réduction de 60% de la mortalité des personnes vivant avec le VIH et l’optimisation de la gouvernance et la gestion de la riposte nationale au niveau central et décentralisé.

 

MAP________________

Pour vos courriers et vos publications : actumaroc@yahoo.fr

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires