M. Benabdallah: Le changement doit se faire dans le cadre de la...

M. Benabdallah: Le changement doit se faire dans le cadre de la relation solide entre l’institution royale et les forces nationales et démocratiques

204
0
PARTAGER

M. Benabdallah, qui s’exprimait à l’ouverture d’une journée d’étude sur les défis du développement dans la province de Sidi Slimane, a ajouté que les formations politiques crédibles disposent d’une forte capacité d’encadrement pour mener la réforme sans tomber dans la surenchère qui, dit-il, ne peut rien apporter de positif au pays.

Le Maroc, a-t-il ajouté, a besoin, aujourd’hui plus que par le passé, de partis forts et organisés capables de faire des propositions concrètes pour réussir cette réforme et d’institutions élues capables de réunir les conditions d’exercice d’une véritable politique de proximité, et d’une société civile et d’un tissu associatif pluriel qui a une forte présence dans la société.

Il a rappelé que son parti a publié, dans les circonstances que vit actuellement le Maroc, un communiqué qui exprime sa volonté de donner un nouveau souffle au changement mais dans le cadre de la stabilité, de l’attachement aux institutions et de l’engagement responsable et démocratique.

Le PPS, a-t-il ajouté, a toujours milité pour une nouvelle génération de réformes qui consacre un grand équilibre entre les pouvoirs exécutif et législatif, une véritable indépendance de la justice et un gouvernement politique fort capable de concrétiser des projets sociaux clairs et des réformes politiques profondes susceptibles de redonner confiance en l’action politique et trouver des solutions aux questions essentielles liées de l’enseignement, à la santé et au chômage.

De son côté, M. Khalid Naciri, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, et membre du bureau politique du PPS, a expliqué la conception

de l’action politique de son parti pour la construction du Maroc nouveau.

Il a insisté à cet égard sur la relation de confiance qui doit exister entre le parti et les citoyens. Un parti incapable d’établir des ponts de communication avec les citoyens et d’être constamment à leur écoute ne peut prétendre au statut d’une formation politique, a-t-il dit.

M. Naciri a aussi insisté sur la nécessité pour les partis politiques de disposer de programmes qui collent aux préoccupations des citoyens et qui sont en phase avec la nouvelle politique des chantiers de réforme initiée par SM le Roi Mohammed VI.

De son côté, M. Ismail El Alaoui, président du conseil de la présidence du PPS et ancien élu de la région, a insisté sur la politique de proximité qui doit caractériser l’action des partis politiques, soulignant que la création dernièrement de la province de Sidi Slimane entre dans le cadre de cette politique de proximité qui doit permettre aux responsables et élus locaux d’être plus près des questions et problèmes des habitants pour leur trouver les solutions adéquates et améliorer leur cadre de vie.

La création de cette province, a-t-il ajouté, aura des répercussions positives non seulement sur la ville de Sidi Slimane mais également sur les autres communes urbaines et rurales de la province.

Pour sa part, M. Hicham Hamdani, président du conseil municipal de la ville de Sidi Slimane, a souligné la nécessité du renouvellement et de l’approfondissement des liens de communication entre les partis politiques et les citoyens sur les questions ayant trait à la stratégie de développement.

L’organisation de cette rencontre par le PPS en collaboration avec les conseils municipal de Sidi Slimane et ruraux de Dar Belamri et d’azghar , a-t-il dit, trouve son expression dans la conception commune de partager un certain nombre d’objectifs pour réussir la nouvelle génération de réformes susceptibles de relever les défis qui se posent au Maroc et consolider le projet moderniste et démocratique initié par SM le Roi Mohammed VI.

Cette journée d’étude a été marquée par des exposés sur les thèmes des atouts économiques et la stratégie de développement, et les secteurs sociaux et le développement humain, présentés par un panel composé de M. Ismael Alaoui, M. Abdellatif Chadili, gouverneur, directeur de la planification et de l’équipement à la direction générale des collectivités locales au ministère de l’intérieur, M. Slimane Hajjaj, coordonnateur adjoint de l’Initiative nationale de développement humain, Mme Naima Rekaoui, déléguée provinciale du ministère de l’éducation nationale à Sidi Slimane et Mme Nadia Touhami, professeur universitaire et actrice associative.

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires