M. Maazouz appelle à la mise en place d’un conseil mixte d’affaires

M. Maazouz appelle à la mise en place d’un conseil mixte d’affaires

161
0
PARTAGER

Envoyé spécial : Abdellatif Touzani.

Ce cadre servira d’enceinte pour l’exploration de nouvelles possibilités de partenariat entre les deux pays et le renforcement des échanges « qui demeurent en deçà de nos potentialités respectives », a indiqué le ministre lors de journées économiques et commerciales en marge de cette caravane.

Conscient du rôle du commerce comme levier de développement économique et social et vecteur de stabilité, de paix et de prospérité,  » nous sommes réunis ici à Cotonou, pour tirer profit de cette évolution en développant nos échanges bilatéraux », a-t-il ajouté.

Dans ce sens, a-t-il dit, le secteur privé est venu se joindre à ce choix en accordant une importance croissante au raffermissement des échanges et des flux d’investissements en Afrique Subsaharienne en général, et au Bénin en particulier.

Par ailleurs, M. Maazouz a indiqué que les investissements marocains en Afrique subsaharienne au cours des deux dernières années se sont élevés à près de 900 millions de dollars US, soit près de 86 pc des investissements marocains directs à l’étranger réalisés dans le monde.

De même, près de 68 pc de ces investissements ont été effectués dans les pays de l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

Selon le ministre, ces investissements se caractérisent par une diversification sectorielle, notamment dans les secteurs à forte valeur ajoutée (BTP, TIC, électrification, à). Ils ont été marqués par plusieurs succès stories accompagnant le développement local et apportant un appui à la croissance économique et commerciale.

Le ministre a aussi cité la contribution marocaine au développement du système financier africain, en réalisant 50 PC des flux d’investissements opérés en Afrique subsaharienne durant la dernière décennie.

La présence des banques marocaines permettra de faciliter davantage le rapprochement entre les acteurs économiques des autres secteurs, et permettra également aux entreprises marocaines d’être plus proches de leurs homologues du continent.

Le volume des échanges entre le Maroc et le Bénin n’a pas dépassé 30 millions de dollars en 2010. Les produits échangés sont peu diversifiés et se limitent essentiellement au coton béninois et aux conserves de poissons, et quelques demi-produits marocains.

D’autre part, M. Maazouz a affirmé que le projet de Constitution consolide la vocation maghrébine et l’ancrage africain du Royaume du Maroc, ainsi que sa ferme volonté de renforcer la coopération Sud-Sud, comme il insiste sur  » l’importance du renforcement des relations de coopération et de solidarité avec les peuples et pays africains, notamment ceux de l’Afrique Sub-Saharienne ».

Le ministre a également souligné l’attachement du Maroc à la concrétisation de l’unité et de la solidarité africaines, par des initiatives concrètes,  » dont la vocation première est de mettre nos pays sur une trajectoire de développement durable à visage humain « .

Evoquant la grande expérience du Maroc et la similarité de celle-ci avec celle des autres pays amis d’Afrique, M. Maazouz a indiqué que le Royaume apporte une contribution significative dans des secteurs comme l’électrification rurale, le traitement de l’eau, le bâtiment, les travaux publics et l’informatisation des process. Il en est de même pour l’agriculture, les industries de production et de distribution d’électricité, les services aéronautiques, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.

Dans le domaine de l’enseignement, le Maroc accueille annuellement près de 9000 étudiantes et étudiants d’Afrique dans ses universités et grandes écoles publiques bénéficiant en grande partie de bourses marocaines, en plus de quelques milliers dans le système privé. Les universités marocaines ont aussi accueilli 172 étudiants boursiers béninois lors de l’année 2009-2010, a-t-il indiqué.

Pour sa part, le ministre de l’industrie, du commerce, des petites et moyennes entreprises béninoise, Mme Madina Sephou, a souligné que l’arrivée au Bénin de la caravane est une grande opportunité que les opérateurs économiques béninois doivent saisir pour faire naitre et renforcer les liens de partenariat entre eux et leurs homologues marocains.

 » La part importante que les hommes d’affaires marocains prennent dans le commerce international recommande qu’une attention particulière leur soit accordée », a-t-elle dit.

A cette occasion, la ministre béninoise a présenté le climat d’affaires au Bénin, pays qui, a-t-elle indiqué, offre un environnement libéral gage de la liberté d’investir et de transfert des revenus provenant des capitaux investis.

De son coté, le directeur général du Centre marocain de promotion des exportations  » Maroc export « , M. Saad Benabdallah, a appelé à conjuguer les efforts pour construire ensemble un commerce sud-sud.  » Nous avons le potentiel pour relever le défi et avancer ensemble sur la base de co-développement », a-t-il ajouté.

Organisée du 19 au 25 courant par Maroc Export, cette caravane est dédiée à la promotion des relations avec les pays d’Afrique subsaharienne et au renforcement de la coopération Sud-Sud. Cette année, quatre pays de l’Afrique sub-saharienne (Ghana, Benin, Togo et Angola) sont inclus dans l’itinéraire de cette caravane.

MAP__________________________

 

 

 

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires