PARTAGER

Le nouveau président de la France apparaît de plus en plus comme un homme plein de tact et fin diplomate. Oubliée la poignée de mains glaciale lors de sa première rencontre avec un président américain malade de son isolement et de ses démêlés avec les médias de son pays ainsi qu’une succession vertigineuse d’échecs depuis son arrivée à la Maison Blanche, Emmanuel Macron a vite compris que malgré l’entêtement de Donald Trump a tout remettre en cause, il serait imprudent de l’isoler encore plus et qu’il valait mieux s’en rapprocher pour mieux coopérer avec lui et le faire revenir sur certaines décisions comme le retrait de  l’accorde de Paris sur le climat ou du traité de libre-échange avec l’Europe. Et c’est ainsi que le président américain a été convié avec son épouse pour venir assister à la commémoration de la fête nationale du 14 juillet et saisir l’occasion pour tenir une réunion de travail sur les dossiers chauds. Avec le même sens d’une nouvelle diplomatie qu’il entend mener pour se poser en premier défenseur de l’Europe devant l’effacement de la chancelière allemande Merkel qui ne tient pas le président américain en odeur de sainteté, Emmanuel Macron cherche à devenir un médiateur incontournable entre les États-Unis et l’Europe et surtout éviter que Washington ne se dérobe des engagements pris contre le réchauffement climatique tout en se plaçant aux avant-postes de la guerre contre le terrorisme promise par Trump

Commentaires