PARTAGER
Les immigrés clandestins qui commettent un délit en France seront systématiquement expulsés, a annoncé dimanche soir le président Emmanuel Macron lors de sa première interview télévisée.
Le président Emmanuel Macron a affiché une posture de grande fermeté sur l’immigration clandestine en promettant dimanche que tous les « étrangers en situation irrégulière » qui commettent un délit « seront expulsés » de France, promettant d’être « intraitable sur ce sujet ».

Sans changer la loi « on prendra des mesures plus dures, on va faire ce qu’on doit faire. Moi j’ai découvert comme vous cette affaire. C’est pour ça que je veux être ici intraitable. Toutes celles et ceux qui, étant étrangers en situation irrégulière, commettent un acte délictueux quel qu’il soit seront expulsés », a annoncé le chef de l’Etat sur TF1.

Début octobre, un Tunisien de 29 ans, Ahmed Hanachi, interpellé deux jours auparavant et remis en liberté alors qu’il était en situation irrégulière, avait commis un attentat à Marseille, tuant au couteau deux jeunes femmes.

« S’est installée une sorte de pratique où celles et ceux qui sont en situation illégale sur notre territoire peuvent être contrôlés plusieurs fois, parce qu’on s’est habitué à l’incapacité de les reconduire à la frontière, on ne prend plus toutes les mesures qui doivent être prises. Eh bien cela va changer », a promis M. Macron.

« Ça veut dire aussi qu’on doit être plus efficace dans nos politiques de reconduite » à la frontière, a développé le chef de l’Etat.

« On a des relations avec les pays d’origine qui n’est pas satisfaisante » car ces derniers « n’acceptent pas qu’on leur renvoie ceux qui sont dans cette situation. Donc depuis plusieurs semaines j’ai demandé au ministre de conclure des accords bilatéraux, il est en train de le faire, et d’être beaucoup plus exigeant sur ce point ».

« Ça ne se fera pas du jour au lendemain mais dès demain, de premières dispositions seront prises. Au début de l’année prochaine, une nouvelle loi en matière d’immigration et d’asile sera prise pour durcir les règles sur ce point et nous nous mettrons en situation d’être intraitables sur ce sujet », a conclu M. Macron.

Le gouvernement a « mis fin » mercredi aux fonctions du préfet et du secrétaire général de la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, après un rapport pointant de « graves dysfonctionnements » dans l’affaire Ahmed Hanachi.

Commentaires