PARTAGER
Emmanuel Macron est venu fleurir lundi 1er mai 2017 au matin à Paris la plaque en mémoire de Brahim Bouarram, un jeune Marocain poussé dans la Seine par des militants proches de l'extrême-droite en 1995

De nombreux responsables politiques dont le candidat du mouvement « En Marche ! » au second tour de l’élection présidentielle Emmanuel Macron ont rendu, lundi à Paris, un hommage à la mémoire du Marocain Brahim Bouarram, assassiné en 1995 par l’extrême droite.

Le 1er mai 1995, en marge du traditionnel défilé du Front national en l’honneur de Jeanne d’Arc, des militants d’extrême droite ont jeté du pont du Carroussel, dans le centre de Paris, Brahim Bouarram, âgé de 29 ans et père de deux enfants, qui s’est noyé dans la Seine.

A une semaine du deuxième tour de l’élection présidentielle de 1995, le meurtre avait suscité une grande émotion et le président sortant, François Mitterrand, avait rendu hommage à la victime en jetant un brin de muguet dans la Seine, à l’endroit ou Brahim Bouarram s’est noyé. Le principal accusé, âgé de 19 ans au moment des faits, a été condamné à 8 ans de prison ferme en 1998

Commentaires