Madagascar: les exportations illégales de bois précieux se poursuivent

Madagascar: les exportations illégales de bois précieux se poursuivent

311
0
PARTAGER

Avec notre correspondante à Antananarivo

L’arrêté émis en septembre 2009 autorisait l’exportation de bois précieux à certaines conditions. L’alliance Voahary gasy, qui rassemble plusieurs organisations environnementales, avait saisi le Conseil d’Etat pour annuler cette mesure. Aldine Rabelaza, avocat de la plate-forme, explique la décision du Conseil d’Etat : « Le Conseil d’Etat a rendu son verdict : il n’y a plus lieu à statuer sur la requête en annulation déposée par Voahary gasy dans la mesure où ce décret 2010-141 est déjà intervenu. »

Le décret en question, émis en mars 2010, donc six mois plus tard, interdit la coupe, le transport et l’exportation de bois de rose et d’ébène. La plate-forme considère que l’action en justice a porté ses fruits. Pour Andry Andriamanga, coordinateur de l’Alliance Voahary gasy, « notre regret c’est qu’entre-temps, entre l’arrêté de septembre 2009 et le décret de 2010, il y a eu pertes énormes : il y a eu un écrémage des parcs, avec des ouvertures de voies. Pour récolter un arbre, il faut en couper quatre autres – pour transporter le bois de rose. »

Malgré le décret d’interdiction de 2010, les exportations illégales continuent, et la gestion du dossier « bois de rose » est aussi un enjeu politique. Un nouveau ministre de l’Environnement a pris ses fonctions la semaine dernière, issu de l’opposition, c’est un proche d’Albert Zafy, l’ancien président qui accuse régulièrement les tenants du pouvoir de profiter de ces trafics.

rfi___________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires