Madagascar: l’ex-président Ravalomanana annonce son retour samedi

Madagascar: l’ex-président Ravalomanana annonce son retour samedi

192
0
PARTAGER

A Antananarivo, la ministre de la Justice de la Haute autorité, Christine Razanamahasoa, a prévenu mercredi qu’il serait arrêté dès son retour au pays en application de sa condamnation à la détention à perpétuité.
« Je connais les risques que j’encours à mon retour mais je ne peux me permettre de les laisser nous empêcher de restaurer la démocratie. Je n’ai rien à craindre, je n’ai rien fait de mal », a déclaré M. Ravalomanana. « Seul un réel consensus national, forgé par le peuple malgache au travers de discussions directes dans notre propre pays, peut restaurer la démocratie et assurer que personne ne puisse plus jamais prendre le pouvoir illégalement à Madagascar », a-t-il poursuivi.

 

Le régime actuel, sous la direction de son ancien opposant Andry Rajoelina, est « illégal », a martelé M. Ravalomanana, contraint en 2009 de remettre ses pouvoirs à un directoire militaire face à la contestation populaire. « Je suis le président démocratiquement élu de Madagascar, le président aux termes de la Constitution », a-t-il asséné.

En 2009, le directoire militaire avait immédiatement transféré le pouvoir à M. Rajoelina, aujourd’hui à la tête d’une Haute autorité de transition.

L’ancien président Ravalomanana a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité en août 2010 pour la mort d’une trentaine de manifestants devant le palais présidentiel le 7 février 2009.
Fin janvier 2011, l’émissaire de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) Leonardo Simao a proposé aux différentes parties une feuille de route pour la sortie de crise, recommandant notamment que M. Ravalomanana ne rentre pas à Madagascar avant « l’instauration d’un climat politique et de sécurité stable ». Ce schéma a été accepté par les partis favorables au régime en place.
« Il ne s’agit pas d’une feuille de route officielle de la SADC mais d’une proposition d’un individu au sein d’une équipe de médiation », a dénoncé jeudi l’ancien président. « Il s’agit d’un plan de transition qui entérine un coup d’Etat, conçu afin de me garder hors de Madagascar et m’éloigner de toute participation politique », a-t-il lancé, estimant que la proposition était « un mauvais exemple pour l’Afrique ».

AFP_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires