PARTAGER
Le secrétaire général de l »ONU, Ban Ki Moon s’est empressé de féliciter le royaume pour l’accueil de cette »COP 22″ à Marrakech et il ne semble pas si bien dire, car tout y est parfait et dans les moindres détails, pour un événement de cette taille.
Le Maroc a mis les petits plats dans les grands et s’est illustré depuis le début des travaux par un sens poussé de l’organisation d’un sommet mondial avec la participation de 30.000 experts et hauts responsables qu’il a fallu transporter, loger et nourrir sans parler des facilités mises à leur disposition pour que les travaux puissent se dérouler dans les meilleures conditions. Le défi a été relevé en l’espace de six mois et le royaume a prouvé qu’il savait être au rendez-vous.
Lors de la journée consacrée aux déclarations des dizaines des de chefs d’états, appelé « High Level Segment » dans le langage onusien, le ballet des arrivées des limousines s’est déroulé avec une extrême précision comme s’il avait été précédé d’une répétition générale.
Toutefois et comme ont pu le remarquer sur les écrans de télévision ceux qui ont suivi cette cérémonie des discours officiels, deux fausses notes ont grippé cette machine, le problème de traduction lors de la prise de parole de ban Ki Moon et la scène d’une longue discussion entre le conseiller royal Taieb el Fassi et le directeur du protocole royal Jawad Belhaj en pleine prise intervention du président de la conférence Salaheddine Mezouar. Irritant, Navrant et inélégant.
Par Jalil Nouri

Commentaires