PARTAGER

Les crises ont désormais tendance à devenir épisodiques entre Rabat et Nouakchott.

La dernière en date est relative à la colère de la présidence mauritanienne de voir son ministre des affaires étrangères refuser une audience royale pour transmettre une invitation au Maroc à participer au prochain sommet arabe organisé par la Mauritanie après son annulation par le Maroc au motif que sa tenue ne servirait à rien dans les circonstances actuelles.

Il apparait clair que le royaume ne sera représenté au sommet de Nouakchott qu’au niveau ministériel devant le pourrissement des relations entre les deux pays. Car les raisons ne manquent pas et les gestes symboliques et inamicaux se multiplient côté mauritanien pour souligner le rapprochement de ce pays avec l’Algérie. Ainsi, la Mauritanie a jugé opportun d’envoyer une délégation de très haut niveau pour représenter le président aux obsèques de l’ancien chef du Polisario, sachant que le Maroc verrait la chose d’un mauvais œil.

Jugeant que la coupe n’était pas encore assez pleine pour déborder, les autorités mauritaniennes viennent d’envoyer des inspecteurs du travail au siège de Mauritel, la société de téléphonie appartenant au gouvernement mauritanien et Maroc-Telecom, pour en interdire l’accès aux nombreux ingénieurs et cadres supérieurs marocains sous le prétexte fallacieux qu’ils se trouvent en situation irrégulière.

La vraie raison est à chercher ailleurs puisque les autorités mauritaniennes ne cachent pas quelles soupçonnent ces ingénieurs d’espionner le responsables mauritaniens pour le compte des services marocains.,

Commentaires