PARTAGER
A peine l’annonce de l’arrestation du leader de la contestation sociale que vit la région du Rif connue, que plusieurs manifestations de soutien se sont élancées dans les grandes artères de plusieurs villes à travers le pays et pas seulement au nord du royaume.
Comme une traînée de poudre, la nouvelle de la détention de Nacer Zafzafi s’est répandue comme une traînée de poudre pour créer un mouvement de colère spontané et de solidarité surtout, avec la contestation dans le Rif,pour des motifs socio-économiques, allant du centre de Casablanca et devant le parlement à Rabat jusqu’au nord où elles ont été les plus importantes en nombre en passant par Béni-Mellal.
Toutes les villes du nord dont les habitants ont été les premiers à sortir dans la rue comme s’ils s’étaient passés le mot comme Tanger, Tetouan, Fnidek, Martil ainsi que des localités dans le Rif ont pris les autorités au dépourvu et crée des embouteillages monstres sans qu’aucun affrontement ne soit signalé en début d’après-midi.
Nacer Zafzafi et plusieurs de ses compagnons de lutte ont fini par tomber entre les mains de la police alors qu’il se cachait depuis vendredi, le jour où il a interrompu un prêche dans une grande mosquée avant de se mettre à insulter l’imam de service. Un acte de rébellion qui lui vaut aujourd’hui d’être poursuivi pour atteinte présumée à la sécurité intérieure de l’état et la liberté d’exercice d’un culte.Transféré aussitôt arrêté à Casablanca au siège de  la BNPJ, la Brigade Nationale de la Police Judiciaire, Nacer Zafzafi, désormais connu par tous les marocains, devrait y rester jusqu’à la fin de son interrogatoire.

Commentaires