PARTAGER
Jamais à court d’idées pour clamer haut et fort leurs revendications, les centrales syndicales marocaines les plus importantes du pays ont décidé, en plein bras de fer avec le gouvernement Benkirane, d’innover cette année, en organisant marches et sit-in en soirée durant le mois de ramadan, tout juste après la rupture du jeûne à défaut de le faire en plein jour, chose guère possible en plein jour, surtout en période de fortes chaleurs qui s’annoncent pour le prochain mois de juin.
Des grandes marches sont ainsi prévues avec une forte participation attendue à travers les grandes artères des villes marocaines, notamment à Rabat où de vastes rassemblements sont prévus devant le parlement, un lieu symbolique pour tous les grévistes et manifestants qui s’y relaient à longueur d’année pour des revendications diverses, généralement d’ordre social.
Parallèlement, les cinq plus grandes centrales syndicales se sont mises d’accord sur un plan d’action soutenu tout le long de l’été et jusqu’au prochaines élections législatives du mois d’octobre prochain pour exprimer leur ras le bol de la classe ouvrière à la face du gouvernement accusé d’avoir été sourd à leurs doléances pendant tout son mandat.
Autant dire qu’elles ne sont pas prêtes de revenir à la table du dialogue social avec le gouvernement et à de meilleurs sentiments envers lui avant la fin de son mandat.
Par Jalil Nouri

Commentaires