PARTAGER
La présidente du Front national (parti français d’extrême droite), Marine Le Pen, comparaîtra le 20 octobre devant la justice pour « incitation à la haine raciale », indique mardi une source judiciaire.

Lors d’une réunion publique en décembre 2010, devant des militants de son parti, Marine Le Pen, qui était en campagne pour la présidence du Front National (FN), avait dénoncé dans un discours les « prières de rue » de musulmans en les qualifiant « d’occupation ». « Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c’est une occupation du territoire », avait-elle déclaré sous les acclamations des sympathisants de sa formation politique.

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples (MRAP) et le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), avaient alors déposé des plaintes contre la présidente du FN, et une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Lyon pour « incitation à la haine raciale ».

En votant en juillet 2014 la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, le Parlement européen avait ouvert la voie à sa mise en examen. En septembre de la même année, le parquet de Lyon avait requis son renvoi devant le tribunal correctionnel.

Commentaires