Maroc-Chine: des relations économiques promises à un bel avenir

Maroc-Chine: des relations économiques promises à un bel avenir

322
0
PARTAGER

Depuis l’ouverture de l’Empire du milieu sur le monde extérieur, les priorités économiques ont pris le pas sur les priorités idéologiques, ce qui a donné lieu à un modèle original que les autorités chinoises ont baptisé «Socialisme de marché».

Cette politique de développement a permis au pays de devenir en trois décennies une hyper puissance crainte et scrutée par le monde entier.

Depuis près de quatre décennies, ce géant d’Asie réussit l’exploit de maintenir un taux de croissance à deux chiffres. Le FMI a confirmé en octobre dernier sa prévision d’une croissance économique de 7.4% pour la Chine où le PIB en termes de Parité de pouvoir d’achat (PPA) est de 17,632 trillions de dollars, dépassant pour la première fois celui des Etats-Unis.

Et le pays affirme qu’il est capable de maintenir ce taux durant les 20 à 30 années à venir. Mais pour maintenir et asseoir sa suprématie économique, la Chine a besoin de matières premières, les siennes ne lui suffisent plus. Le continent africain, riche en matières premières, devient dès lors un champ de compétition pour les grandes puissances mondiales.

Toutefois, l’Empire du milieu, qui défend son modèle propre de développement, affirme proposer pour le continent noir une coopération gagnant-gagnant et sans condition. Selon les dirigeants chinois, la Chine et l’Afrique partagent le même sort. L’Empire du milieu, vient en Afrique, non pas comme «un conquérant», mais plutôt comme un modèle à suivre, assurent-ils. Présent dans le continent noir dans les années 60 et 70 pour des raisons idéologiques, le Géant d’Asie se tourne de nouveau vers ce continent pour des raisons commerciales.

Ayant déjà affuté ses armes en Afrique anglophone, l’Empire du milieu se dédie à conquérir de nouveaux horizons en Afrique francophone. Dans cette optique, le Maroc, qui entretient avec la Chine des relations diplomatiques ancrées dans l’histoire, s’impose de plus en plus comme un acteur clé d’un partenariat triangulaire mutuellement avantageux. Un partenariat triangulaire érigé désormais en choix stratégique pour le Maroc.

Le Royaume, grâce à sa position géographique mais aussi à ses ressources humaines et les accords de libre-échange qu’il a conclus avec de nombreux pays, a le potentiel pour devenir un hub pour les investissements étrangers en Afrique. Quatrième destination des investissements directs étrangers sur le continent, première destination en Afrique du nord pour les IDE entrants, premier investisseur en Afrique francophone, le Maroc dispose, aussi, de plusieurs atouts lui permettant d’être le moteur-clé d’une dynamique régionale.

De plus l’ancrage du Maroc en Afrique, les solides relations politiques et économiques entretenues avec nombre de pays africains, le partenariat Sud-Sud que prône le Royaume, ainsi que la présence dans le continent noir d’un important réseau d’institutions financières et bancaires marocaines, tout cela fait du Maroc un partenaire clé pour la Chine. Inter : Une balance commerciale déséquilibrée

Le Maroc est le dixième partenaire commercial africain de la Chine, tandis que l’Empire du milieu est le quatrième partenaire commercial du Royaume. En 2013, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint le niveau record de 3,69 milliards de dollars, soit une augmentation de 4,8% par rapport à l’exercice précédent. La Chine a exporté pour 3,13 milliards de dollars vers le Maroc, soit une croissance de 29%, pour des importations de l’ordre de 558 millions de dollars, une augmentation de 17%.

Les exportations de la Chine vers le Maroc sont constituées principalement des produits de textile, des appareils électroménagers, des équipements industriels, du thé et des articles d’usage courant, alors que les engrais des phosphates et des produits de mer sont les principaux produits marocains exportés vers la Chine.

En vue de rééquilibrer la balance, les deux pays entendent renforcer leurs relations économiques avec l’ambition d’instaurer un partenariat gagnant-gagnant, et élargir l’horizon de leur coopération en s’ouvrant davantage sur les marchés régionaux dans des secteurs porteurs tel que celui des énergies et des nouvelles technologies.

De plus, le Royaume a tout à gagner en captant une partie des IDE chinois destinés à l’Afrique. En effet, selon les statistiques, la Chine a investi plus de 75 milliards de dollars en Afrique sur la période 2000-2011, ce qui la place tout juste derrière les Etats-Unis. La majeure partie de cette somme a été investie dans les secteurs du transport avec 34,31 milliards de dollars, de l’énergie (pétrole) avec 31 milliards de dollars, de l’immobilier et des mines.

D’ici à 2020, Pékin va porter ses échanges commerciaux avec l’Afrique à 400 milliards de dollars et les investissements directs dans ce continent à 100 milliards de dollars, comme annoncé par le Premier ministre chinois, Li Keqiang lors de sa dernière tournée africaine.

Selon des chiffres publiés par la Chambre chinoise du commerce international, le volume sino-africain a atteint 210,2 milliards de dollars en 2013, contre 198,49 milliards de dollars en 2012 tandis que les investissements directs chinois en Afrique ont dépassé les 25 milliards de dollars. Les exportations chinoises vers l’Afrique ont atteint 92,8 milliards de dollars en 2013, en hausse de 8,8%, alors que les importations en provenance de l’Afrique s’établissent à 117,4 milliards de dollars, en augmentation de 3,8%. Inter : L’Empire du milieu, un gigantesque marché à explorer.

L’Empire du milieu constitue également un gigantesque marché à explorer. Avec une population de plus en plus consommatrice et avide de nouveautés, le Maroc a donc tout intérêt à pénétrer ce grand marché aux perspectives prometteuses, notamment dans le domaine touristique.

Le développement du transport (avec la possibilité d’ouverture d’une liaison aérienne directe) entre les deux pays constitue l’autre élément clé dans la promotion non seulement des flux touristiques à destination du Maroc, mais également des relations économiques et commerciales. Le marché chinois, toujours en quête de nouveaux produits, qu’il s’agisse de tourisme ou d’industrie, est ouvert à la conquête des hommes d’affaires marocains qui sont appelés à accélérer le rythme de leurs exportations et diversifier leurs produits à destination du géant asiatique.

Le renforcement de l’exportation de certains produits marocains phares tels que le phosphate, ses dérivés et les produits halieutiques sont de nature à rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays, estiment les analystes économiques. Bref, les relations économiques entre la Chine et le Maroc et les perspectives prometteuses qu’elles offrent, sont promises à un bel avenir, à l’image de leurs liens stratégiques politiques et diplomatiques

 

________________________actu-maroc.com

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après: https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires