PARTAGER

Des représentants des principales formations politiques de gauche sont partis prêcher la bonne parole en mer du Nord.
L’heure est grave.
Un pays des plus respectables, en l’occurrence la Suède, s’apprêterait à reconnaître le rejeton abjecte enfanté par nos voisins, voilà plus d’un quart de siècle.

Les marocains à chaque fois qu’il est nécessaire, au delà de leurs divergences, font front commun devant toute tentative de remettre en question la marocanité des provinces du Sud. Espérons que cette délégation version automne 2015 puisse convaincre les autorités suédoises, l’ensemble de la classe politique et ceux qui tiennent les manettes de la société civile fort agissante dans ce pays.

En concomitance, on apprenait qu’il a été aussi décidé de stopper, à Casablanca, l’ouverture de la grande surface symbole de réussite économique des 10 millions ou presque de suédois.
Le citoyen que je suis est perplexe aujourd’hui devant cet épisode.

Autant j’applaudis la première initiative, autant je ne comprends point la seconde.
La marque visée bien que suédoise à l’origine a en fait son siège social au Pays Bas et appartient à une entité enregistrée au Luxembourg…
Le Brand visé à Casablanca, hormis son identité suédoise, serait en fait sous le contrôle financier du capital d’un pays très ami. On ne va pas le citer.

A partir de là, comment justifier une telle initiative.
Mieux aurait valu réagir de la sorte lorsque la Suède avait décidé de retirer ses fonds de l’entreprise canadienne Agrium inc, premier acheteur des phosphates de Boukraa et ce considérant illégale l’exploitation de ces phosphates
A supposer même que la décision puisse toucher de quelque façon la Suède, plusieurs questions s’imposent.
N’y auraient-ils pas d’effets contre-productifs, notamment au plan psychologique?
Si la Suède n’obtempérait pas va t on aller jusqu’à mettre en berne la totalité des échanges économiques avec ce pays? Plus d’une dizaine de grandes entreprises suédoises sont très actives au Maroc.
Va t on agir ainsi tous le temps?
Le capital est dit on frileux, de telles décisions, aussi justifiées soient elles au plan de l’émotionnel et de l’affectif, pourraient avoir des conséquences préjudiciables au delà de nos simples relations avec la seule Suède. Ce pays sous le joug des ONG a une grande influence en Scandinavie et au delà.
En fait la Suède a toujours eu cette velléité à tacler le Maroc sur plus d’un sujet et il fallait bien s’attendre à une telle escalade notamment depuis l’avènement au pouvoir dans ce pays en 2014, d’un gouvernement sous la houlette d’un gaucho pur et dur.

La Suède n’a t elle pas été à l’origine du blocage de l’accord de pêche de l’UE avec le Maroc? Et ce n’est qu’un exemple.
Ironie du sort, une autre grande signature suédoise vient de voir ses locaux à Casablanca fermés sur décision de justice…quelle coïncidence.

En tous cas voilà près de trois ans que le poste d’ambassadeur du royaume à Stockholm est vacant et ce n’est pas le seul cas…nous sommes aux abonnés absents dans presque 100 pays sur les 190 que compte l’ONU…
Bizarre.
Ne sommes nous pas entrain de récolter le fruit d’une telle situation, en laissant main libre à nos ennemis d’agir à leur guise dans plus d’un pays?
Les mauvaises langues diraient: combien même nous aurions eu un ambassadeur la bas, aurait il réussit à éviter cette situation.
En tous cas c’est un rappel flagrant de l’insuffisance de notre diplomatie et pas seulement celle officielle, qu’on dit versée davantage dans le mondain.
Une Diplomatie dont le devoir premier doit être en permanence celui de signifier la détermination du Maroc dans toutes ses composantes et sa diversité à défendre la marocanité de ses provinces du sud, l’explication de la genèse, de l’histoire et de l’historique du problème, crée dans un autre contexte mondial par nos voisins et leurs soutiens.
Mais cela est une autre paire de manches.

Par AZIZ DAOUDA

Commentaires