PARTAGER

Après l’euphorie de l’annonce de la candidature du Maroc pour accueillir l’édition 2026 de la Coupe du Monde de Football, c’est le début des déceptions. La première douche froide est venue du nouveau cahier des charges de la Fifa, la fédération internationale, qui a décidé de faire qualifier 48 équipes pour cette édition, soit plus de terrains à construire pour le Maroc et plus d’infrastructures que le Maroc devra réaliser dans un temps record.La deuxième barrière qui se posera sur le chemin de la candidature marocaine reste l’organisation au Qatar de l’édition qui précédera en 2022 celle du Mondial 2026 que le Maroc se propose d’accueillir. Outre les problèmes que connaîtra le Qatar si la crise du Golfe subsiste et outre les questions d’organisation qu’il n’est pas sûr de maîtriser, sans parler du fait qu’il s’agira de confier cette compétition à deux pays arabo-musulmans dans deux éditions d’affilée, il peu probable que les votants de la Fifa se laissent séduire par une telle éventualité face à la puissance des USA, partageant une candidature commune et originale avec le Canada et le Mexique et constituant une muraille infranchissable. Enfin il y a l’analyse du magazine de riches « Forbes » qui est venu anéantir tous nos espoirs avec une logique implacable et qui nous donne vaincus par avance, par les États-Unis avec zéro chance de l’emporter. Alors laissons-les organiser leur coupe du monde où ils veulent et oublions une bonne fois pour toutes, sans dépenser plus d’argent, un rêve irréalisable, sauf dans notre imagination.

Commentaires