Marrakech: Étoile d’or décernée à Park

Marrakech: Étoile d’or décernée à Park

368
0
PARTAGER

Le film raconte l’histoire d’un homme qui se sent marginalisé dans la société capitaliste sud-coréenne, où il peine à trouver un emploi à cause du numéro de sa carte d’identité, qui révèle son origine nord-coréenne. Le jury est présidé par l’acteur, réalisateur et homme de théâtre John Malkovich. Il comprend aussi l’actrice égyptienne Yousra, la Honkongaise Maggie Cheung, le réalisateur français Benoît Jacquot et l’Américaine Eva Mendès.

Quinze films, d’autant de nationalités, étaient en compétition, dont « When we leave » (Allemagne), « The edge » (Russie), « Rosa Morena » (Danemark), « End » (Espagne), « Beclouded » (Mexique), « Animal Kingdom » (Australie), « A quiet life » (Italie-Allemagne et France).

Le prix du jury a été décerné ex aequo aux films mexicain « Becloued » (d’Alejandro Gerber Bicecci) et belge « Beyond thesteppes » (de Vanja d’Alcantara). « On a eu du mal à trancher, tant les 15 films sont bons, rigoureux, notamment les scénarios, les sujets traités et la technicité », a déclaré John Malkovich lors de la remise des prix.

Un hommage a été rendu cette année au cinéma français, après le Maroc, l’Espagne, l’Italie, l’Egypte, la Grande-Bretagne et la Corée du Sud, selon les organisateurs. Plusieurs films français ont ainsi été projetés dans des lieux connus de Marrakech, notamment la célèbre place Jamâa-El-Fna, consacrée au « patrimoine mondial de l’oralité » par l’Unesco.

Au cours de la cérémonie de clôture, qui a commencé à 19h45 (20h45 à Paris), les films australien « Animal kingdom » et allemand « When we leave » ont remporté, également ex aequo, le prix de la meilleure interprétation. « Il était difficile pour le jury de départager les équipes de ces deux films en raison de la qualité de leur travail artistique », selon les organisateurs.

« En 2010, le Maroc a produit près de 18 films et une centaine de courts métrages. Notre cinéma est très prometteur même si le pays compte 72 salles de projection, la plupart inadaptées », a déclaré à l’AFP Nour-Eddine Saïl, directeur du centre cinématographique marocain (CCM) et vice-président du FIFM. Plus de 15% des films présentés au Maroc sont marocains, derrière les films américains, indiens et égyptiens, selon le CCM.

Commentaires