Mawazine Rythmes du Monde : LE MODELE ECONOMIQUE ET SON EVOLUTION

Mawazine Rythmes du Monde : LE MODELE ECONOMIQUE ET SON EVOLUTION

390
0
PARTAGER

De fait, Mawazine est aujourd’hui l’un des seuls festivals au monde à ne percevoir aucun argent public. Ce résultat est le fruit d’une longue évolution qui, depuis 11 ans, a permis à Mawazine d’être un festival presque entièrement autonome. Pour palier aux insuffisances de la scène culturelle marocaine, Mawazine a en effet développé un modèle économique qui tend à diminuer le rôle du sponsoring et à éliminer toute aide publique.

« Un festival moins dépendant des sponsors »

Annoncée l’an passé, cet objectif est en passe d’être atteint. Les revenus variables (billetterie, pass, espaces publicitaires, etc.) représentent désormais 68 % du budget total de Mawazine qui, du même coup, a considérablement réduit sa dépendance aux sponsors privés. Cette année, Mawazine a également franchi un nouveau pas en suspendant l’ensemble des sponsors publics et semi-publics qui soutenaient jusqu’alors le festival.

Aujourd’hui, le modèle économique de Mawazine s’appuie sur un budget qui provient :

-    à 32 % des sponsors privés.
-    à 68 % des revenus variables.

Cette réussite est le fruit d’une évolution qui a démarré dès 2008, année où le festival a réduit la part de son budget alimenté par les subventions publiques. Ces dernières sont ainsi passées de 6 % à 0 % du budget total de Mawazine. Par voie de conséquence, l’augmentation des revenus variables a permis la gratuite du festival pour plus de 98 % des festivaliers. Aujourd’hui, plus que jamais, Mawazine est un festival citoyen dont l’indépendance économique est assurée grâce aux succès que rencontre chacune de ses éditions.

« Des modèles économiques en évolution constante »

2001 – 2005    Financement majoritairement public
60 % de subventions publiques et 40 % de sponsors publics, semi-publics et privés

2006 – 2007    Apparition de la billetterie
5 % de billetterie, 57 % de subventions publiques et 38 % de sponsors publics, semi-publics et privés

2008 – 2010    Baisse des subventions publiques
6 % de subventions publiques, 34 % de sponsors publics, semi-publics et privés et 60 % de revenus variables

2011– 2012    Fin des subventions publiques
32 % de sponsors privés et 68 % de revenus variables

« La structure des revenus variables »

Espaces publicitaires, SMS, produits dérivés (jeux, Tee-shirts, casquettes)    1 %
Télévision (partage des revenus publicitaires)                    21 %
Soirées (accueil, transports, spectacles, dîners)                    22 %
Loges (location, vente exclusive aux entreprises)                4 %
Billetterie (cartes gold, week-end, black)                    20 %

 

 

Allali Essaid / actu-maroc.com  _________________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires