Médecins et infirmiers francophones en conclave à Rabat

Médecins et infirmiers francophones en conclave à Rabat

138
0
PARTAGER

Cette rencontre, qui poursuivra ses travaux jusqu’au 20 courant, s’inscrit dans le cadre de la 9ème semaine du réseau Mère-enfant de la francophonie (16-20 mai).

C’est la première fois qu’un pays du Sud abrite une telle rencontre du réseau Mère-enfant de la francophonie, qui regroupe 20 institutions hospitalières universitaires de pays francophones à savoir France, Suisse, Belgique, Luxembourg, Canada, Tunisie, Maroc, Liban, Madagascar et Cameroun, a déclaré à la MAP, le directeur du CHIS, Charif Chefchaouni Al Mountacer.

Cette communauté d’hôpitaux universitaires, qui a en commun une activité de la mère et de l’enfant, se réunit une fois par an pour confronter leurs expériences et mettre en commun leur savoir sur des problématiques un peu particulières ayant trait aux techniques mais également à la prise en charge multidisciplinaire avec l’intervention des soignants, des infirmiers, médecins et des gestionnaires, a-t-il poursuivi.

« Comment faire pour que ces trois corporations de l’hôpital puissent travailler ensemble de façon multidisciplinaire pour améliorer la prise en charge de la mère et de l’enfant et échanger les pratiques », s’est-il interrogé, formant le vŒux que cette rencontre fournira des éléments de réponse.

La 9ème semaine du réseau Mère-enfant de la francophonie constitue « une sorte de benchmarking entre les membres du réseau », a-t-il fait observer, ajoutant qu’elle se déroule en deux phases avec un stage dans des hôpitaux et des conférences ainsi que des présentations.

Intervenant à cette occasion, le chef de service de gynécologie-obstétrique aux Hôpitaux universitaire de Genève, Jean-Bernard Dubuisson, a mis l’accent sur le fait que de nombreuses réflexions d’ordre psychologique, physique et voire aussi sexuel s’associent dès l’annonce d’un cancer. Ces changements nécessitent, pour cet expert, une prise en charge et un accompagnement psychologique et médical.

Dans cette prise en charge, l’infirmier est à l’écoute dès l’annonce du diagnostic et se doit de répondre à toutes les questions exprimées par les maladies.

Un dialogue doit être enclenché entre la famille et l’entourage du patient, a-t-il souligné, ajoutant que les traitements, qui vont être prévus, doivent être expliqués selon les demandes.

« Il faut toujours garder, voire renforcer le contact si celui-ci est demandé », a insisté M. Dubuisson, faisant remarque que le message d’espoir doit toujours être rappelé.

Les travaux de cette conférence, de deux jours, s’articuleront autour de plusieurs thèmes notamment  » Diagnostic précoce et dépistage du cancer », « Programme de lutte contre le cancer », « Environnement, pollution mère-enfant », « Enfance et maltraitance : réalités et réalisations ».

MAP__________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires